REPORTAGE. Que vont devenir les encombrantes Autolib' entassées dans le "cimetière" de Romorantin ?

Pierre-Louis Caron
·1 min de lecture

"Changeons le système, pas le climat". Cette formule bien connue des écologistes est inscrite sur le capot délavé d'une Autolib' hors d'usage, plantée comme des centaines d'autres au fond d'une zone industrielle de Romorantin-Lanthenay (Loir-et-Cher). Le pare-brise griffé reflète un soleil timide, en ce mois de mars. A bonne distance, des merles sautillent entre les longues files de véhicules endormis. Pare-chocs contre pare-chocs, ces voitures, qui incarnaient le renouveau de la mobilité urbaine, attendent de trouver preneur. Ou d'être désossées.

Pour les riverains de cette zone d'activité, les rangées d'Autolib' à la retraite font désormais partie du paysage. "On les a vues arriver progressivement, par remorques entières", se souvient Chantal, qui promène fréquemment son chien devant cette friche industrielle. "Parfois, quelques-unes sont déplacées, mais ça reste très calme, ça ressemble à un cimetière", relate un autre voisin. "Avant, il y avait un petit bois ici, mais tout a été rasé pour stocker les voitures, alors qu'il y a un vrai parking juste à côté, derrière la déchetterie."

L'immense parking en question, situé à 800 mètres de là, était celui de l'ancienne usine Matra, constructeur automobile emblématique de Romorantin, aujourd'hui disparu. Sur ce site sécurisé, on retrouve effectivement d'autres Autolib' par centaines, en bien meilleur état, mais aussi quelques Bluely et des Bluecub, leurs cousines sorties des rues de Lyon et Bordeaux l'été dernier. Elles (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi