Volcan Taal aux Philippines: Tagaytay, ville fantôme

Aux Philippines, sept jours après le réveil du volcan Taal qui continue à rejeter des cendres, la plupart des hôtels des environs restent portes closes. A Tagaytay, la ville qui surplombe le lac du volcan Taal, les touristes ont déserté les environs.

De notre envoyée spéciale,

Depuis la terrasse panoramique de son hôtel toujours couvert de cendres, Dominico Nadera surveille le cratère nappé dans la fumée, comme le lait sur le feu. « Dans un sens, c'est beau à regarder... de loin. Mais pour les gens vivant sur les pentes du volcan et directement frappés, c'est terrible. »

Située à l'intérieur de la zone de 14 km déclarée à haut risque autour du volcan, Tagaytay est la seule ville à ne pas avoir encore évacué ses habitants. « La ville a ordonné la fermeture de tous les établissements, surtout ceux à flanc de montagne, à cause du risque de séisme en cas d'éruption explosive », poursuit Domenico Nadera.

« On ne peut rouvrir également parce que depuis les premières secousses ni le courant ni l'eau ne sont rétablis », nous raconte Lerito Reyes, un autre hôtelier. Vendredi matin, les autorités philippines maintenaient le niveau d'alerte 4 sur 5. « L'hôtel est vide. On vient à Tagaytay essentiellement la vue du volcan. Sans les touristes, nous sommes une ville fantôme ». L'éruption pourrait se prolonger des semaines, voire des mois.

Si les explosions se sont affaiblies au sommet du cratère principal dont les rejets de cendres ont également baissé en intensité, l'activité volcanique se poursuit sous terre, prévient l'Institut géologique des Philippines. Autre élément invitant à la prudence : les failles découvertes dans certaines villes depuis le début de l'éruption se sont élargies de plusieurs centimètres, avec l'apparition d'une nouvelle fissure sur la pente nord du volcan, indiquant la présence d'une quantité importante de magma. 

Enfin, alors que les vols à destination de la capitale Manille sont revenus à la normale depuis plusieurs jours, l'ambassade de France sur place recommande fortement de ne pas se rendre dans la zone du lac Taal. D'après l'Institut géologique des Philippines, il faudra vraisemblablement compter au moins deux semaines pour juger si l'activité volcanique du Taal a réellement baissé et rétrograder le niveau d'alerte.