REPORTAGE. Un nouveau coffre-fort abrite les réserves du Louvre

·2 min de lecture

C'est un lieu inaccessible au public où Sciences et Avenir a eu le privilège de pénétrer en avant-première à Liévin (Pas-de-Calais) : un bâtiment destiné à stocker la plupart des réserves du musée parisien menacées par les débordements de la Seine.

Cet article est issu du magazine Sciences et Avenir - La Recherche n°895 daté septembre 2021.

Une véritable "arche de Noé" du patrimoine ! Sur fond de lumière naturelle que filtre une impressionnante façade de verre, deux immenses tapis colorés sont déroulés au sol. En combinaison blanche, agenouillée, une restauratrice en ôte délicatement la poussière à l'aide d'une petite brosse, tandis qu'une conservatrice contrôle d'éventuels points de rupture des fils de trame ou de chaîne. Pas question ici de réhabiliter ces pièces du 16e siècle qui appartiennent aux collections nationales. Il s'agit pour l'heure d'en faire le "constat d'état" et de procéder à d'éventuelles consolidations d'urgence avant de les préparer méticuleusement à être stockées dans les réserves du vaisseau de verre et de béton que constituent les nouvelles réserves du Centre de conservation du Louvre, à Liévin (Pas-de-Calais).

Situé à quelques encablures du musée du Louvre-Lens, avec lequel il constitue un important pôle de développement régional, le "Louvre-Liévin" est accessible en dix minutes de marche le long d'une "coulée verte". L'impressionnant bâtiment de plain-pied aux allures de cathédrale a été réalisé par le cabinet d'architectes britannique Rogers Stirk Harbour + Partners. Il s'étend sur 18.500 m2 avec des voûtes culminant à 10 m, et réserve 9600 m2 de surface au stockage des œuvres. Une opération dont le budget global s'élève à 60 millions d'euros. Divisé sur toute sa longueur par un gigantesque couloir nommé "le boulevard des œuvres", le Louvre-Liévin aligne 1300 m2 d'ateliers dans la partie ouest, auxquels répondent à l'est, les immenses réserves. Des salles de stockage ultramodernes, dans lesquelles seront conservées à terme, à une température constante à 20°C, jusqu'à 250.000 œuvres issues des 68 réserves du Louvre. Celles situées au sein du célèbre musée parisien mais aussi à Versailles (Yvelines), Écouen (Val-d'Oise) et Châlons-en-Champagne (Marne) et d'autres, aux adresses plus dis[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles