REPORTAGE. "Moins de béton, plus de moutons" : à Grignon, des étudiants d'AgroParisTech bloquent leur campus pour protester contre sa vente à des promoteurs

Thomas Baïetto
·1 min de lecture

Ils se sont rassemblés dans le gymnase le 15 mars au soir, après les cours. Dans la pénombre et en chuchotant, pour ne pas attirer l'attention du vigile chargé de prévenir toute tentative de "bamboche" en cette période d'épidémie, les étudiants de première année d'AgroParisTech dissertent sur l'avenir du domaine de Grignon (Yvelines). Avec le déménagement prochain de l'école, ce campus de 291 hectares est promis à la vente, une perspective qui génère son lot d'incertitudes sur l'avenir de ses bois et de ses terres agricoles. "On s'est rendu compte que rien n'avait marché jusqu'ici", témoigne Lucie Latrive, 20 ans.

Dans la nuit, l'assemblée générale vote le blocage de l'école (80% des étudiants présents y sont favorables). Rapidement, les étudiants dressent des barricades aux entrées. Le malheureux vigile est attiré en dehors de la loge du portail principal par un faux malaise, marquant la prise de contrôle complète du domaine. "L'effet de surprise a été total", se félicite Lucie. Au petit matin, le directeur du site trouve porte close. "Il nous a demandé pourquoi on bloquait et nous a dit qu'on pouvait discuter autrement, poursuit Lucie. Mais cela fait dix ans que les gens font autrement et il n'y a eu aucun résultat..." Depuis, des banderoles en forme de profession de foi barrent l'entrée principale : "Moins de béton, plus de moutons", "Crime contre la biodiversité" ou encore "Parce que Grignon est notre patrimoine national, un haut lieu de biodiversité, un symbole de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi