[Reportage] Manifestations en Iran après une hausse des prix de l'essence

La décision du gouvernement d'augmenter le prix de l'essence a été accueillie par des manifestations sporadiques dans une trentaine de villes, parfois violentes.

Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

Dans les cafés, les autobus ou encore les files d'attente des taxis collectifs, tout le monde ne parle que d'une chose : la hausse du prix de l'essence décidée par le gouvernement.

Pour Hassan, inspecteur de la compagnie des transports, tous les prix vont augmenter : « Le prix de l'essence a un effet sur tous les prix de tous les produits. Dans les autres pays, le prix de l'essence est élevé. Dans notre pays, on veut copier les pays étrangers, mais ici les salaires sont très bas. Ça va provoquer une pression sur les gens, sur tout le monde, sur les jeunes, c'est pour ça que ça peut provoquer des troubles. »

→ À lire aussi : Le gouvernement iranien rationne l'essence et augmente les prix

Pour Najib, un ouvrier afghan qui vit en Iran, la hausse de l'essence a déjà provoqué une augmentation de certains produits. « Mardi, raconte-t-il, je suis allé à Ispahan. J'ai payé 50 000 toumans. Je suis resté deux jours seulement. Au retour, on m'a demandé 80 000 à 90 000 toumans. J'ai protesté, mais on m’a répondu que l'essence a augmenté. Qu'est-ce que ça veut dire ? Ça rend les gens misérables. »

Touchés par une inflation qui atteint les 50%, la hausse du prix de l'essence aura un effet inflationniste encore plus important. Ce qui provoque la colère des gens, même si le gouvernement a promis une aide directe pour compenser la hausse du prix de l'essence.