REPORTAGE. "J'avais 2 000 canards, ça fait mal au ventre" : l'abattage massif d'élevages contaminés par la grippe aviaire se poursuit dans les Landes

Dans les Landes, l'abattage de 600 000 canards est en cours pour tenter de ralentir la progression de la grippe aviaire. L'activité de l'exploitation d'Éric Dumas, éleveur, a brutalement cessé. "J'avais 2 000 canards ici, ça fait mal au ventre, explique l'éleveur. Le virus s'est propagé alors même que les canards étaient dans un hangar, à l'abri des contaminations éventuelles par les oiseaux sauvages." Comment endiguer l'épidémie ? "On veut comprendre pourquoi ça va aussi vite, pourquoi on a une non-maîtrise", s'interroge l'éleveur. Cette exploitation de canard label rouge a beaucoup investi dans des équipements de protection sanitaire, mais le virus a quand même contaminé les canards. Récemment installé, Michael Brethes, jeune éleveur, ne sait pas comment il va rembourser ses crédits. Des organisations professionnelles demandent que l'Etat prenne des mesures d'abattage pour endiguer l'épidémie. Le dernier bilan communiqué par le ministère de l'Agriculture, arrêté au 1er janvier, faisait état de 61 foyers confirmés d'influenza aviaire (communément appelée grippe aviaire) dans des élevages et animaleries, dont 48 dans les Landes. Selon les informations de France 2, le ministre de l'Agriculture doit se rendre dans le département le vendredi.