[Reportage] Les eurodéputés britanniques dans le flou total

À trois semaines du scrutin, le sprint final est engagé pour les élections européennes du 26 mai prochain. Si du côté de la majorité, le Premier ministre Édouard Philippe a été appelé à la rescousse pour sauver le soldat Loiseau, en s’affichant avec elle lundi soir à Caen, à droite, la dynamique est bonne. Tous les sondages le disent : le parti de Laurent Wauquiez, s’il n’est que 3e, derrière LaREM et le RN, reprend des couleurs.Lors d'un meeting à Caen, devant quelque 500 partisans, l'ancienne ministre des Affaires européennes, promue tête de liste du parti présidentiel, a reçu un soutien de poids dans une campagne qui patine.À Marseille, François-Xavier Bellamy est en confianceLundi soir toujours, à Marseille cette fois, la tête de liste du parti les Républicains, François-Xavier Bellamy, crédité d’autour de 14% des intentions de vote, a fait un tabac avec un discours ancré bien à droite. C'est le signe que le chef de file des républicains est en confiance.

Dernier jour de session parlementaire pour les députés européens et à l’heure où certains font leur carton définitivement et d’autres sont déjà en campagne pour leur réélection, les Britanniques se demandent encore s’ils vont participer ou non à ces élections. Si le Brexit a lieu d’ici le 22 mai alors les Britanniques n’auront pas à voter pour les Européennes, mais dans ce contexte comment faire campagne à 5 semaines des élections ? Reportage.

Avec notre correspondante à Strasbourg,  Domitille Piron

La situation est aussi ubuesque que délicate. Les eurodéputés conservateurs, fidèles à Theresa May, espèrent encore ne pas avoir à faire campagne.

Daniel Dalton élu depuis 2015 n’a pas envie de participer à ces élections. « On doit faire toutes les préparations, mais on espère toujours pouvoir éviter ces élections, en réalité. S’il y a les élections, je vais bien sûr être candidat, mais là n’est pas la question. La question est de savoir si on peut éviter les élections ? Et ça, c’est une question pour le Parlement en Angleterre ? »

Les conservateurs espèrent un Brexit avant les élections, sans doute car ils sont loin d’être favoris. En tête des sondages, il y a les travaillistes. Le Labour, mais aussi les Verts, souhaitent axer la campagne sur les aspects positifs et protecteurs de l’Union européenne.

Mais pour Alyn Smith, eurodéputé Vert écossais, participer à ces élections c’est « un univers parallèle. C’est absolument bizarre ». Et quand on lui demande s’il espérait revenir en juillet, Alyn Smith répond : « On verra, rien n’est clair dans " Crazy Island " pour le moment. »

Pour ces élections, s’il y a bien un groupe d’eurodéputés très confiants, ce sont les membres de Ukip et du parti pour le Brexit.

David Coburn espère être élu pour mieux partir : « Je ne suis pas là parce que j’ai besoin d’un travail, je reviens, car je crois en une chose : sortir de l’Union européenne. Et si je reviens, j’espère que c’est pour que cela se fasse rapidement. »

À lire aussi : Les eurodéputés craignent que le Brexit ne pourrisse la campagne des Euro