REPORTAGE. Energie : comment mettre fin aux passoires thermiques ?

Les Hauts-de-France font partie des régions les moins bien isolées. Pas moins de 800 000 de ses bâtiments, dont beaucoup sont anciens et mal entretenus, sont considérés comme des passoires thermiques. A Dunkerque (Nord), chez Francis et Marie-Christine Depret, le manque d’isolation se voit depuis la rue. Avec 800 euros de revenus mensuels, le couple dit n’avoir jamais pu payer les réparations de son logement. Au fil du temps, les plafonds et les murs se sont couverts de moisissures. Dans chaque pièce, des températures qui ne dépassent que rarement les 12 degrés, malgré les 200 euros par mois de dépenses en bois de chauffage et en gaz, un quart du budget du couple. Difficile d’accéder aux aides Récemment, un pan de plafond s’est effondré. "Ça fait dix ans qu’on bataille pour obtenir des financements", déplore la propriétaire. Près de 5 millions de logements sont considérés comme des passoires thermiques en France, soit 17% du parc immobilier. Beaucoup de Français, précaires, ne peuvent se permettre des travaux. Des aides existent, mais les démarches sont compliquées. Plusieurs associations demandent la création d’un guichet unique pour réunir ces aides.