Publicité

Report de la présidentielle sénégalaise: «Je n’ai pas de mots pour qualifier ça», dit l’ex-ministre Abdou Latif Coulibaly

Au Sénégal, le 3 février 2024, le président Macky Sall a annoncé le report sine die de la présidentielle prévue le 25 février suivant. Une annonce choc qui a provoqué dans la foulée la démission d’Abdou Latif Coulibaly pourtant soutien politique du chef de l'État. Au micro de Nathalie Amar, le désormais ex-ministre Secrétaire général du gouvernement du Sénégal, explique cette décision. Entretien.

RFI : Abdou Latif Coulibaly, jusqu’à samedi vous étiez ministre, Secrétaire général du gouvernement du Sénégal. Vous avez accompagné Macky Sall depuis le début, depuis 2012, en tant que ministre de la Culture, de la Promotion de la Bonne gouvernance, en tant que porte-parole aussi. Mais après l’allocution du président annonçant le report à une date encore inconnue de la présidentielle qui était prévue le 25 février, vous avez décidé de démissionner. Pourquoi cette décision ?

Abdou Latif Coulibaly : J’ai décidé de partir, de quitter le gouvernement. Je l’ai annoncé au président de la République immédiatement après son discours. J’ai décidé de partir parce que j’ai envie de retrouver toute ma liberté. Ma liberté de pouvoir exprimer mes opinions, de pouvoir également dire ce que je pense par rapport à ce qui se déroule aujourd’hui dans mon pays, parce que je considère qu’il y a des moments de l’histoire où on ne doit pas se taire, où on ne doit pas respecter la solidarité gouvernementale au point d’être complètement en-dehors.

Cette décision de report, pour vous, c’était l’entorse de trop, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase ?


Lire la suite sur RFI