"Je repasse le bac", épisode 9: l'heure du verdict

·4 min de lecture
La journaliste de BFMTV a décroché son bac - BFMTV
La journaliste de BFMTV a décroché son bac - BFMTV

Je l'ai eu! Après des mois de travail, de manuels fichés, de soirées consacrées à la philosophie, de week-end à l'histoire-géographie, de bacs blancs, de révisions tard le soir ou tôt le matin, j'ai décroché le bac, dix-huit ans après avoir été une première fois bachelière.

Une revanche sur la philo

Je me suis lancé ce défi à l'automne dernier, à la fois pour expérimenter et vivre de l'intérieur le nouveau bac - suppression des filières, nouveaux enseignements de spécialité et grand oral - la réforme du lycée ayant suscité plusieurs controverses l'année dernière lors de son application pour les élèves de première, polémiques que nous avions suivies sur BFMTV. Mais aussi par revanche personnelle.

Car lorsque je l'ai passé pour la première fois, en 2003, la catastrophe de l'épreuve de philosophie aurait pu me le coûter, ce bac. J'avais alors écopé d'un 6/20, coefficient 7 (j'étais en filière littéraire). Sans les bonnes notes récoltées dans les autres matières, je n'aurais pas été bachelière cette année-là, pas même rattrapable à l'oral.

Une expérience qui m'a visiblement marquée puisque le bac m'a poursuivi en rêves, enfin plutôt en cauchemars, pendant des années. Jusqu'à il y a récemment encore, je rêvais que je repassais les épreuves avec le stress et l'angoisse typiques d'un ou d'une élève de terminale - hors période Covid - qui vont avec.

20/20 en français

Car cette année, comme l'année dernière, le calendrier scolaire et le bac ont été bouleversés en raison du contexte sanitaire. Suppression de la majorité des épreuves, évaluation au contrôle continu à l'exception de la philosophie et du grand oral. Sauf évidemment pour les quelque 4000 candidats individuels et 3600 candidats libres issus des établissements hors contrat qui ont passé le bac cette année. Pour eux, comme pour moi, les épreuves se sont tenues comme d'habitude.

Pour ma part, la mission est accomplie. En ce qui concerne la philo, la revanche est prise. J'ai plus que doublé mon résultat de 2003 avec un 15/20 - la moyenne aurait amplement suffi à solder les comptes. Et pour le reste, les heures de travail nocturnes ont payé: 19/20 et 20/20 (mon premier à un examen) à l'écrit et l'oral de français, 18/20 et 19,5/20 pour les deux enseignements de spécialité et 18/20 au grand oral. Je décroche une moyenne de 18,25/20 - du jamais vu, que ce soit lors de mes années lycéennes ou durant mes études supérieures. Mes notes dépassent largement toutes mes espérances, je ne pensais vraiment pas pouvoir faire mieux qu'il y a dix-huit ans (12,6 de moyenne à l'époque).

Mais il faut aussi admettre qu'avec les années et l'expérience, la maturité donne un certain avantage. Si j'ai eu moins de temps pour travailler qu'en 2003 et s'il m'a tout de même fallu répéter et répéter et répéter encore pour mémoriser - avec peine - les différentes notions, dates et noms aux programmes, je pense avoir travaillé plus efficacement et compris plus vite, l'impression que les choses étaient moins abstraites, qu'elles connectaient mieux.

Des nuits courtes

Il faut aussi reconnaître que les programmes sont passionnants, ancrés dans l'actualité et font écho aux enjeux du monde contemporain. Un exemple: le changement climatique est aussi bien abordé en philosophie, dans le programme d'enseignement scientifique mais aussi dans les spécialités histoire-géographie, sciences politiques et géopolitique ainsi que humanité, littérature et philosophie - deux spécialités que j'ai choisies.

L'aventure se termine donc bien, même si elle a été intense. Repasser le bac, comme d'une manière plus générale reprendre ses études, passer une formation, un examen ou un concours tout en étant en activité, est un challenge. Et nécessite une certaine rigueur, une organisation exigeante et de nombreuses concessions, notamment sur la vie privée, les loisirs ou le sommeil - clairement, j'ai peu dormi depuis que je révise le bac et clairement, je n'ai fait que ça depuis neuf mois. Ce qui est loin d'être évident et compatible, notamment avec la vie de famille.

Si certains craignent que le bac 2021 ne soit dévalorisé, d'autres assurent le contraire. Il n'empêche qu'il sanctionne toujours la fin des études secondaires et marque l'entrée dans le supérieur. Pour ma part, je n'envisage pas de me réorienter, de démarrer de nouvelles études ou de prendre un nouveau départ à l'aune de mes notes inespérées. Mais l'aventure en a valu la peine. Je peux désormais me vanter d'avoir eu 15/20 en philo au bac.

Pour lire les précédents épisodes de la série, c'est ici. Le premier: "J'ai décidé de repasser le bac, 18 ans après l'avoir eu". Le second: "comment concilier reprise d'études et vie professionnelle". L'épisode 3: "comment se préparer au grand oral". Le quatrième épisode: "l'oral et l'écrit de français". L'épisode 5: "comment j'ai découvert que j'avais beaucoup trop bossé". Le sixième: "à quelques jours de l'épreuve, l'angoisse de la philo". L'épisode 7: "comment j'ai survécu à la philo". Et le huitième: "le soulagement après le grand oral".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles