Repas clandestins: la garde à vue de la compagne de Christophe Leroy levée

Alexandra Gonzalez, avec Charlie Vandekerkhove
·2 min de lecture
Le chef cuisinier Christophe Leroy.  - BFMTV
Le chef cuisinier Christophe Leroy. - BFMTV

La compagne de Christophe Leroy, le chef cuisinier soupçonné d'être impliqué dans l'organisation de repas clandestins et cité par le reportage de M6 à l'origine de la polémique, a été placée en garde à vue ce vendredi matin, a appris BFMTV de sources concordantes. Cette garde à vue intervient dans le cadre de l'enquête ouverte par le parquet de Paris pour "mise en danger de la vie d'autrui et travail dissimulé".

Christophe Leroy et Pierre-Jean Chalençon, également soupçonné d'avoir participé à l'organisation de ces repas, sont eux aussi en garde à vue, comme l'a révélé ce jour BFMTV. Les trois protagonistes étaient convoqués ce vendredi au siège de la police judiciaire parisienne pour y être entendus.

Débat sur la présence ou non de ministres

Des perquisitions ont été menées mercredi et jeudi au domicile du chef cuisinier à Paris, ainsi qu'au Palais Vivienne, propriété de Pierre-Jean Chalençon.

Dans cette affaire, outre la question du non-respect des règles sanitaires et des gestes barrières lors de ces repas, c'est la présence ou non de ministres qui fait débat. Dans le reportage diffusé par M6, un des organisateurs, identifié comme étant Pierre-Jean Chalençon, affirme avoir "dîné dans la semaine dans 2 ou 3 restaurants clandestins", où il aurait croisé "des ministres".

Depuis, le collectionneur est revenu sur ses déclarations, expliquant avoir voulu faire de "l'humour" et évoquant "un poisson d'avril". Dans la foulée, l'avocat de Christophe Leroy a affirmé ce jeudi "qu'aucun ministre" n'y avait participé.

Ce vendredi en début de soirée, les trois gardes à vue ont été levées, a indiqué le parquet de Paris à BFMTV. D'après la même source, à ce stade de l'enquête, aucun élément ne permet de mettre au jour la présence d'un membre du gouvernement lors de ces dîners.

Article original publié sur BFMTV.com