Repas à 1 euro, tarifs adaptés aux revenus… Ces prix solidaires qui séduisent les cantines scolaires

PAUSE DEJ' - De plus en plus de collectivités, comme la Loire-Atlantique, ont décidé d’adopter une tarification plus équitable dans les restaurants scolaires. Explications

C’est un nouveau calcul qui se veut plus « équitable ». A partir de la rentrée 2024, les 83 collèges publics de Loire-Atlantique mettront en place la tarification solidaire dans les cantines, a annoncé en début de semaine le conseil départemental (PS).

Un système qui intéresse de plus en plus de collectivités, comme la région Bretagne ou la Nouvelle Aquitaine qui l’ont par exemple récemment choisie pour leurs lycées. Le gouvernement, lui, soutient le développement des repas à 1 euro dans les écoles primaires. Explications.

Comment ça marche ?

Alors que chaque établissement fixait le prix de son repas, dans la limite d’un plafond, il propose désormais un tarif adapté à la situation de la famille de l’élève. En Loire-Atlantique, par exemple, un menu ne pouvait pas excéder 3,40 euros, mais chacun payait le même prix, quels que soient ses revenus. A partir de septembre 2024, neuf tranches seront proposées sur la base du quotient familial, avec un premier tarif de 1 euro. Les familles les plus aisées devront débourser davantage, jusqu’à 5,30 euros. Le département va investir un million d’euros par an.

Pourquoi ces nouveaux tarifs ?

L’objectif de cette mesure « de justice sociale » est d’augmenter le nombre d’enfants mangeant à la cantine, notamment les (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Education nationale : Des casiers pour déposer son téléphone à l’entrée de certains collèges dès la rentrée
Education : Le gouvernement fait marche arrière sur la « réduction » des heures sup' au collège et lycée
Lyon : Comment la ville veut tendre vers le zéro déchet dans les cantines scolaires ?