"Rentrez à Minsk": la Pologne envoie des SMS dissuasifs aux migrants à sa frontière

·2 min de lecture
Des soldats polonais construisent une barrière de barbelés à la frontière avec la Biélorussie à Zubrzyca Wielka, dimanche 26 août.  - Jaap Arriens / AFP
Des soldats polonais construisent une barrière de barbelés à la frontière avec la Biélorussie à Zubrzyca Wielka, dimanche 26 août. - Jaap Arriens / AFP

"Rentrez !" La Pologne a envoyé des dizaines de milliers de SMS vers des téléphones mobiles étrangers le long de sa frontière avec le Bélarus, dans le but de dissuader les migrants qui s'y trouvent d'entrer sur son territoire.

"La frontière polonaise est fermée. Les autorités BLR (bélarusses) vous ont menti. Rentrez à Minsk!", disait le message en anglais.

Selon le ministère de l'intérieur, près de 31.000 messages ont été envoyés ce mardi à des téléphones le long de la frontière. Les SMS contenaient aussi un lien vers un site en anglais, français, arabe, russe et polonais prévenant les migrants que traverser la frontière illégalement "peut mener en prison".

Six morts à la frontière

"La dégradation des conditions météorologiques peut mettre en danger votre vie et votre santé. Toute tentative de se cacher et de dormir de façon irrégulière (dehors, en plein air) peut finir tragiquement", indiquait le site. Six migrants ont péri récemment sur la frontière entre l'UE et la Biélorussie.

La Pologne a déployé des milliers de soldats sur la frontière de 400 km ces dernières semaines, bâti une barrière de barbelés et décrété un état d'urgence qui interdit à la presse et aux ONG de s'en approcher.

Des ONG ont évoqué une crise humanitaire parmi les migrants, alors que les températures baissent, et demandé un accès pour fournir une assistance médicale.

Des milliers d'interceptions

Le gouvernement a indiqué cette semaine que 8200 migrants avaient été empêchés d'entrer en Pologne depuis début août, et que 1200 avaient réussi à passer et été placés en détention.

Les gardes-frontières polonais ont annoncé mercredi qu'ils ont intercepté 473 tentatives d'entrée sur le territoire mardi - un nouveau record quotidien.

La Pologne accuse la Russie et le Bélarus d'être à l'origine de cette vague d'immigration clandestine à sa frontière terrestre. L'Union européenne y voit une forme de représailles aux sanctions imposées par l'UE contre la Biélorussie à la suite de la répression de l'opposition par le régime de Minsk.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles