Pour la rentrée scolaire, Emmanuel Macron s'adresse aux écoliers et mobilise contre le harcèlement

Raphael Lafargue/ABACAPRESS.COM

Dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, Emmanuel Macron se filme en mode selfie et assure les écoliers victimes de harcèlement scolaire de son soutien.

Quelque 12 millions d'élèves ont repris le chemin de l'école jeudi . Le chef de l’Etat s’est filmé depuis l’Elysée pour leur adresser un message et mobiliser contre le harcèlement scolaire. La pastille vidéo commence par une floppée d’injures et un triste constat d’Emmanuel Macron : «Ces insultes ces menaces ces injures trop d’entre vous les ont entendu à l’école, les subissent au quotidien. Et quand c’est terminé à l’école ça repart dans les réseaux sociaux».

«Je ne veux pas accepter, pas plus que vous, que cette rentrée scolaire de demain (jeudi, Ndlr) ce soit synonyme de calvaire, que pour beaucoup trop d’entre vous – près d’un million nous disent les chiffres – reprendre d’école signifie retrouver ces injustices, cette violence au quotidien et une vie impossible », poursuit le chef de l’Etat, dont l’épouse Brigitte Macron est également très mobilisée dans cette lutte .

Dans cette vidéo de rentrée, le président de la République fait un point d’étape sur la situation. Les professeurs et l’ensemble de la sphère éducative (conseillers d’éducation , chefs d’établissement) sont formés «pour détecter et accompagner». Un numéro de téléphone, le 3020, est dédié au harcèlement à l’école et le 3018, ainsi que l’application qui va avec, aident à dénoncer le harcèlement sur les réseaux sociaux.

"Nous ne céderons rien"

«N’acceptez rien, martèle Emmanuel Macron face caméra. Le problème est du côté de ceux qui vous insultent vous agressent, vous rendent cette vie impossible. C’est eux qui ont tort, c’est vous qui êtes dans votre droit, c’est vous qu’on doit aider pour vous faire respecter. Nous ne céderons rien».

Il encourage les écoliers victimes de harcèlement à en parler autour d’eux, à leurs parents, professeurs, camarades de(...)


Lire la suite sur Paris Match