A sa rentrée politique, Zemmour met en garde contre "le grand endoctrinement"

Cinq mois après son échec à l'élection présidentielle, Eric Zemmour a réuni ses troupes dimanche en Provence, sans véritable mea culpa sur sa campagne mais en fustigeant toujours le "grand remplacement", le "grand déclassement" et désormais le "grand endoctrinement".

Dans un champ de Gréoux-les-Bains, dans les Alpes-de-Haute-Provence, l'ex-polémiste a compté "7.000 personnes, deux fois plus que prévu", venues assister à un discours de rentrée politique, dans une ferveur parfois abasourdie par la chaleur.

Le candidat malheureux a eu beau jurer n'être "pas là pour parler de la campagne passée", c'est malgré tout à un exercice de bilan et perspectives auquel il s'est livré, certain d'avoir "eu raison face à l'Histoire".

Sans auto-critique mais en rappelant les glorieuses heures de ses meetings bondés ou de ses débats télévisés, le patron de Reconquête! a reconnu un "été réparateur et salvateur" après sa double défaite à la présidentielle et aux législatives.

Face aux réserves de ceux qui lui reprochaient son obsession des sujets identitaires, l'ancien journaliste a tenté d'occuper le terrain écologique en déclinant un plaidoyer pro-nucléaire, ou de parler économie en prônant un Etat moins redistributeur.

- "Francocide" -

Mais c'est sur ses fondamentaux que le quatrième homme de la présidentielle a surtout insisté, en ajoutant aux théories du "grand remplacement" et du "grand déclassement" celle du "grand endoctrinement".

En considérant que "l'école (en) est au cœur", il vise "les idéologies" en général et la députée EELV Sandrine Rousseau ou le ministre de l'Education nationale Pap Ndiaye en particulier. Huées nourries dans les travées.

Sur le thème de "Protégeons nos enfants", Eric Zemmour a fait un long développement sur l'école, en demandant à ses troupes de "ne plus rien laisser passer", "dénoncer", "protester", à travers un "réseau national de parents vigilants" présent "dans chaque établissement".

"Je veux que chaque parent puisse nous signaler les aberrations dont sont victimes ses enfants à l’école", a-t-il développé, en fustigeant "les enseignants (qui apprennent) à vos enfants que la France est coupable de crime contre l'humanité" ou "des intervenants extérieurs (apprenant) à votre fille de six ans que si elle le souhaite, elle peut devenir un garçon".

Et, par analogie avec le terme "féminicide" apparu dans le débat public, il propose d'appeler "francocide" le "tabassage, viol, meurtre, d'un Français par un immigré".

- L'Italie dans le viseur -

Si le public est enthousiaste et qu'Eric Zemmour se vante de "tenir la plus importante rentrée politique du pays", le mouvement d'extrême droite demeure en proie à des interrogations.

"Je ne perds pas de vue les prochaines échéances", a expliqué l'ex-candidat à la présidentielle, alors que, dans les allées du raout provençal, de nombreux militants plaident déjà pour que Marion Maréchal prenne la tête de liste pour les élections européennes de 2024.

C'est également la forme que Reconquête! doit prendre, ainsi que ses rapports avec d'autres partis de droite et d'extrême droite qui fait débat chez les adhérents, alors que Marine Le Pen, auréolée d'un score historique au second tour de la présidentielle et de l'élection de 89 députés, tenait au même moment un meeting sur ses terres d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais).

"Le pari d'Éric Zemmour a été de trouver un espace politique qui se singularisait sur le sujet identitaire et sur un aspect plus libéral. Or une grande partie de l'électorat populaire est au contraire plutôt attaché à une protection sociale au vu de la crise", notait dimanche sur FranceInfo le politologue Benjamin Morel, en faisant observer un "contexte extrêmement compliqué" pour l'ex-polémiste.

Au sein de ses troupes, on veut se rassurer en regardant notamment vers l'Italie, où le parti post-fasciste Fratelli d'Italia (Frères d'Italie) est donné favori pour les élections législatives et dont la patronne, Giorgia Meloni, est pressentie pour devenir cheffe du gouvernement. "Il avait commencé à 3% il y a quelques années", rappelle le vice-président de Reconquête! Nicolas Bay. Or, selon lui, "il est bien plus proche de la ligne Zemmour que celle de Le Pen".

pab/ib/cal