Pour sa rentrée politique, la droite tombe le masque mais garde la distanciation

·1 min de lecture

À l'issue d'une semaine faite d'affirmations et de renoncements s'ouvre ce samedi les universités d'été des Républicains à La Baule. Côté renoncements, on compte ainsi Bruno Retailleau ou Laurent Wauquiez, qui ont abandonné ou remis à plus tard leur rêve élyséen. En face, Michel Barnier ou Eric Ciotti ont officialisé leurs ambitions. Philippe Juvin, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand viennent compléter le quintet qui a réglé son GPS sur le Faubourg Saint-Honoré. Mais tous ne s'accordent pas sur l'itinéraire.

Xavier Bertrand cavalier seul

Xavier Bertrand, en effet, ne compte pas passer par la case primaire. Une décision qui pourrait lui porter préjudice, analyse le politologue Pascal Perrineau. "La stratégie est tenable pour Xavier Bertrand s'il s'impose et devient un candidat naturel. S'il ne s'impose pas, la situation deviendra difficile pour lui", prédit le spécialiste. Car en l'absence de candidat naturel, "il faut avoir un système de choix. La primaire n'est peut-être pas le meilleur, mais c'est le moins mauvais". Il permet en effet, rappelle le politologue, que des "gens informés des sensibilités et des personnalités" choisissent démocratiquement le ou la plus à même de les représenter à l'élection présidentielle.

>> Retrouvez Europe matin week-end en podcast et en replay ici

"C'est une droite plurielle"

Reste que la droite semble divisée, autant idéologiquement que physiquement. Juvin, Barnier et Retailleau seront à la Baule mais ne croiseront ni Pécresse, à Brive...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles