Rentrée : l’agacement des professeurs qui ont appris le protocole sanitaire par la presse

·1 min de lecture

Le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer a révélé dimanche dans le Journal du Dimanchele protocole sanitaire anti-Covid mis en place par le gouvernement pour la rentrée scolaire. Une campagne de vaccination est notamment créée pour les élèves de plus de 12 ans qui le souhaitent. Pour Bruno Bobkiewicz, proviseur de la Cité scolaire Berlioz à Vincennes, dans le Val-de-Marne et secrétaire national du SNPDEN-Unsa, "il n’est pas normal d’apprendre le protocole choisi par voie de presse".

"Il faut une communication directe en direction des cadres"

Le ministre de l’Education nationale a annoncé que le niveau 2 (sur 4) du protocole était ainsi retenu pour début septembre. Dans les écoles, collèges et lycées, les classes auront donc bel et bien lieu en présentiel avec toutefois une série de mesures à respecter. Ventilation dans les salles, masques et gestes barrières seront de rigueur mais pas les redoutées fermetures de classes. Si un cas de coronavirus est détecté, seulement les élèves non vaccinés devront rentrer chez eux. 

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Sur Europe 1, le secrétaire national du SNPDEN-Unsa déclare que le problème n’est pas le fond mais la forme. "On l'a déjà signalé plusieurs fois. Il faut une communication directe en direction des cadres", déplore-t-il. 

Si le niveau du protocole augmente, un temps d'adaptation sera nécessaire

Pour Bruno Bobkiewicz, "il faut tester le scénario tel qu’il est proposé aujourd’hui&quo...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles