« Quelle rentrée pour les bébés ? » : L’éveil avant tout ?

À lire aussi : Comment écouter les podcasts de The Conversation ?

On l’appréhende, on la prépare, on l’accompagne. Et, quel que soit l’état d’esprit dans lequel les familles se sentent, le jour J, la rentrée en crèche est un tournant dans leur vie.

Pour les parents, il s’agit de voir d’autres adultes entrer dans la vie de leur enfant, et de leur faire confiance. Pour les bébés, c’est le grand bain de la vie en collectivité qui va commencer.

Car la fonction sociale des crèches ne se résume pas à la fonction de « mode de garde ». Certes, ce sont des lieux d’accueil qui permettent aux parents de concilier vie personnelle et vie professionnelle. Mais ce sont aussi des « lieux de développement, de socialisation et d’éveil », nous dit le projet autour des « 1000 premiers jours » lancé au niveau national.

Avec Catherine Bouve, maîtresse de conférences en sciences de l’éducation à l’Université Sorbonne Paris-Nord, on se penche dans cette série en trois épisodes sur ce rôle des crèches, leur fonctionnement, les attentes qu’on fait peser sur elles. Et donc sur la vision de l’enfance que cela dessine.

Dans ce troisième épisode, on va interroger l’intérêt croissant pour la petite enfance aujourd’hui, qui découle des découvertes de la recherche sur le développement de l’enfant. Si on se préoccupait peu auparavant des besoins psychologiques du tout-petit, aujourd’hui, serait-on passé à l’excès inverse, dans une sorte de course à la performance ?

Découvrir les épisodes précédents :
Premier épisode : Apprendre à se séparer
Deuxième épisode : Découvrir la vie en collectivité

Conception et animation, Aurélie Djavadi; réalisation, Romain Pollet, chargé de production, Rayane Meguenni.

La version originale de cet article a été publiée sur La Conversation, un site d'actualités à but non lucratif dédié au partage d'idées entre experts universitaires et grand public.

Lire la suite:

  • Guides sur la parentalité : une infinie course au bien-être ?

  • Petite enfance : ces contraintes qui pèsent encore sur le choix des modes de garde