Pour la rentrée 2023, des fournitures gratuites pour les élèves dans les « quartiers populaires » ?

A woman buys school supplies with her daughter at a supermarket, on August 18, 2015 in Luc-la-Primaube, near Rodez, ahead of the start of the new school year.  AFP PHOTO / PASCAL PAVANI (Photo by Pascal PAVANI / AFP)
PASCAL PAVANI / AFP A woman buys school supplies with her daughter at a supermarket, on August 18, 2015 in Luc-la-Primaube, near Rodez, ahead of the start of the new school year. AFP PHOTO / PASCAL PAVANI (Photo by Pascal PAVANI / AFP)

PASCAL PAVANI / AFP

Achats de fournitures dans un supermarché de Luc-la-Primaube, près de Rodez, en 2015 (illustration)

POLITIQUE - La rentrée 2022 est sous tension. Pénurie d’enseignants, manque de chauffeurs de bus, sans oublier l’inflation et ses répercussions directes sur le menu des cantines ou encore l’achat des fournitures scolaires pour les enfants. Sur ce dernier point, le ministre délégué à la Ville et au Logement Olivier Klein s’est dit favorable, ce vendredi 26 août, à la composition d’un « trousseau » gratuit pour les enfants issus des familles les plus modestes à la rentrée 2023.

En tant que maire de Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), Olivier Klein expérimente ce dispositif dans sa ville depuis trois ans : « Tous les enfants du CP au CM2 ont, sur leur table, l’ensemble du trousseau nécessaire », a-t-il expliqué sur franceinfo. Désormais ministre délégué, il plaide pour que ce système soit étendu à l’échelle nationale dans « les quartiers populaires », les cités éducatives, les réseaux d’éducation prioritaires (REP et REP+), mais pas uniquement : « Il y a aussi des enfants pauvres dans des quartiers qui ne sont pas en REP ou REP+. Il faudra trouver une proposition juste et équitable », avance Olivier Klein.

À Clichy-sous-Bois, Olivier Klein estime le coût de l’opération à « à peu près 30 euros par enfant ». Le contenu du trousseau peut varier des besoins et doit être défini avec les enseignants et les parents d’élève. « On est soutenu par l’Éducation nationale parce qu’on a fait les listes ensemble et, financièrement, on est soutenu par le ministère de la Ville qui est le mien maintenant », détaille le ministre délégué.

« Avoir ce trousseau sur la table le jour de la rentrée, cela a une force symbolique, une force d’équité. Il y a une forme d’appartenance à voir ce matériel partagé par tous les enfants », juge Olivier Klein, qui appelle également à une forme de « sobriété » dans la consommation, en réutilisant des cahiers non finis ou tout autre matériel encore récupérable, sans « honte ».

La gratuité des fournitures scolaires a déjà été proposée par des députés de l’opposition, dont Rodrigo Arenas, député LFI de Paris. L’élu défend une mesure encore pus large, de l’école élémentaire au lycée, aussi bien général que technologique et professionnel. « Tout ce qui concerne l’éducation de nos enfants doit être pris en charge par la puissance publique », réclamait-il dans Libération le 16 août.

Pour cette rentrée 2022, le gouvernement a revalorisé de 4% l’allocation de rentrée scolaire, mais elle reste malgré tout en deçà de l’inflation. Le coût de la rentrée en 6e a augmenté de 4,25% par rapport à 2021, selon l’étude annuelle de l’association Famille de France.

À voir également sur Le HuffPost : Cette lycéenne a montré les limites de Parcoursup avec une recette de cuisine

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi