Quand les renseignements pistaient un autre Merah par erreur

Qu’a fait Mohammed Merah entre décembre 2010 et janvier 2011 ? L'auteur des tueries de Toulouse et Montauban semble avoir échappé pendant un temps à la surveillance des services français, notamment en raison d’une confusion avec un homonyme, selon des documents des renseignements déclassifiés. Et selon "l’Express", cette méprise ne serait pas une conséquence d’un subterfuge du terroriste, mais bien une erreur des services militaires français.

En octobre 2010, le jeune terroriste est arrêté en Afghanistan par les forces américaines, qui trouvent suspect son voyage "touristique" non loin du sanctuaire d’Al-Qaïda. Titulaire d’un passeport et d’un visa en bonne et due forme, il est relâché, tout en étant signalé aux autorités françaises. Il n’apparaît pourtant dans le radar de l’anti-terrorisme qu’en janvier 2011.

La raison ? Il existe un autre Mohamed Merah, également né en 1988 (un autre jour), ayant eu lui aussi des ennuis avec la justice, et ayant lui aussi tenté d’entrer dans la légion étrangère. Cet homme, habitant Douai, n’a pourtant rien d’un terroriste, comme l’a montré trois semaines de surveillance et un interrogatoire. Ce n’est qu’en janvier 2011 qu’un agent de la Direction du renseignement intérieur de Toulouse, d’où est originaire le dangereux Merah, alertera officiellement les services de renseignements militaires de la méprise.

Que s’est-il passé ? Il est évoqué, dans une note de la DGSE, la possibilité que Mohamed Merah ait falsifié son passeport en se servant de son homonyme de Douai pour induire les renseignements en erreur. Mais selon "l’Express", il n’en est rien. Car le (...)

Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

Quand les renseignements pistaient un autre Merah par erreur
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.