Des renseignements israéliens à Libération : le parcours hors norme de Dov Alfon

·1 min de lecture

Le journalisme d'investigation est-il un travail d'espion ? Les deux missions ont tout cas des points commun, selon Dov Alfon, l'ancien directeur de la rédaction du quotidien israélien de gauche Haaretz, et, depuis septembre 2020, nouveau directeur de la rédaction de Libération. Il était l'invité mardi de Philippe Vandel dans Culture Médias pour raconter son passage pour le moins hors norme. 

Retrouvez toute l’actu médias dans notre newsletter quotidienne

Recevez chaque jour à 13h les principales infos médias du jour dans votre boîte mail. Un rendez-vous incontournable pour être au point sur l’actu, les audiences télé de la veille et faire un point sur les programmes à ne pas manquer.

Abonnez-vous ici

Romancier et ancien officier du Mossad

En 1979 Dov Alfon a, comme tous les Israéliens de 18 ans, fait son service militaire. Chose plus rare, il y est engagé par Tsahal dans l'unité 8200, unité secrète de renseignements technologiques. Naissent alors progressivement sa passion pour le numérique, son engagement à gauche et pour le retrait d'Israël des territoires palestiniens occupés, ainsi qu'un projet de roman, Unité 8200, finalement publié en 2019. En 1982, Dov Alfon rejoint les manifestations contre l'intervention militaire israélienne au Liban, quitte l'armée et se lance dans le journalisme. 

L'ancien officier de renseignement compare dans Culture Médias ses deux missions. "Officier de renseignement, ça ressemble beaucoup à être un directeur de journal, en ce sens que no...


Lire la suite sur Europe1