Rennes : «Je crois qu'il est mort»... Les accusés livrent « leur vérité » trois ans après le décès de Dorian Guémené

·2 min de lecture

MEURTRE - Six hommes sont jugés depuis lundi pour avoir battu à mort un jeune barman à la sortie de la discothèque L’Espace, à Rennes

Trois groupes d’amis qui passaient la soirée en discothèque, quelques heures après une victoire de l’Equipe de France en Coupe du monde. Avant que tout bascule, pour une bête altercation toujours pas expliquée. Nous sommes le 6 juillet 2018, à Rennes. A la sortie de la discothèque L’Espace, Dorian Guémené gît dans son sang devant la porte de l’établissement. Il décédera le lendemain dans les murs de l’hôpital Pontchaillou, succombant à la violence des coups de pied et de poing portés. Pour la famille du jeune barman du Kenland, tout l’enjeu du procès aux assises qui s’est ouvert lundi est de savoir qui a porté les derniers coups ayant entraîné la mort. Sur le banc des accusés, les six hommes tentent de se dédouaner. Chacun tente tour à tour de faire entendre sa vérité.

Celui sur qui pèsent les plus lourds soupçons se nomme Sacha. Ce soir-là, il est sorti avec son père, son frère, et deux amis. A la sortie de la boîte, il veut rejoindre la petite amie de son frère Stanislas, qui travaille à L’Espace. Il croise alors le chemin de Dorian Guémené et de son ami Kévin, en train de s’embrouiller avec deux jeunes étudiants sans histoire. Pour une raison encore indéterminée, les deux petits groupes s’unissent pour rosser Kévin et Dorian. L’un s’en sortira avec des bleus et réu(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Enfant torturé et noyé à Nantes : La mère et le beau-père écopent finalement de 25 ans de prison
Morbihan : Un homme mis en examen pour le meurtre de son voisin
Morbihan : Un quinquagénaire écroué pour le meurtre de son voisin

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles