Dans "Rendez-vous en terre inconnue" sur France 2, Oli s'est "redécouvert" sans Bigflo

TÉLÉVISION - “J’y suis presque allé en tant qu’Olivio”. Ces mots, ce sont ceux d’Oli. Le très populaire rappeur français, membre du duo que l’on ne présente plus Bigflo et Oli, est la tête d’affiche du nouveau numéro de Rendez-vous en terre inconnue, diffusé sur France 2 ce mardi 14 juin.

Le jeune chanteur de 26 ans, qui en rêvait depuis son enfance, s’est rendu pendant trois semaines chez les Vezo, un peuple de pêcheurs de Madagascar en compagnie du présentateur de l’émission Raphaël de Casabianca. Une aventure particulière à bien des égards, puisqu’il l’a réalisée seul, sans son frère. “C’est la première fois qu’on se quittait autant de temps”, confie-t-il au HuffPostdans une vidéo que vous pouvez retrouver en tête d’article.

Bigflo a en effet refusé de faire le programme. “Je savais dès le départ qu’il ne le ferait pas. On en parle depuis qu’on est petit. Mon père et ma mère seraient partis en revanche”, nous explique le rappeur, pour qui regarder Rendez-vous en terre inconnue est une tradition familiale. “Il a toujours eu un rapport différent aux autres. Il aime pas trop sortir de sa zone de confort”, ajoute-t-il. “C’est quelqu’un de douillet. Ça aurait été dur pour lui. On dormait à sept sur le sable, on avait pas trop d’eau pour se doucher, on mangeait tout le temps la même chose”.

Se retrouver loin de son frère et des siens aurait cependant pu en faire hésiter plus d’un, mais pas Oli. “J’étais content de vivre cette aventure sans faire de compromis pour lui”, livre-t-il. “J’ai repris Olivio (...) Je me suis retrouvé timide face à trois personnes alors que je fais des concerts dans des stades. Je me suis redécouvert, j’ai réappris des choses sur moi”.

“Bizarrement je n’avais pas forcément envie qu’il vienne sur l’île”

Il développe: ”Ça m’a redonné une confiance individuelle. Je me suis dit que je pouvais exister au-delà de Bigflo et Oli. Quand tu es en duo c’est comme un couple, tu fais des compromis et tu commences à créer une sorte de monstre à deux têtes”.

Si sa séparation avec Bigflo a été bénéfique, lui dire au revoir à l’aéroport avant le grand départ n’a en revanche pas été chose aisée. ”Ça a été difficile mais il m’a mis à l’aise et rassuré en me disant de penser à moi. J’ai souvent tendance à me mettre dans la tête des autres, ce qui est je pense le propre de l’artiste”, raconte-t-il. Et de révéler: ”À ce moment-là je me suis dit ‘ok’ (...) et bizarrement je n’avais pas forcément envie qu’il vienne sur l’île, je savais que ça allait nous faire grandir au retour”.

Oli le reconnaît cependant, il a “souvent pensé” à son frère pendant l’aventure. “J’aurais aimé faire la course de bateaux avec lui, on aurait rigolé. J’aurais aimé l’emmener avec nous au marché, je sais qu’il aurait adoré voir ça. J’aurais aussi aimé lui présenter les personnes qu’on a rencontrées là-bas, nos amis Séraphin, Célestin, ou encore Denise. J’avais envie qu’il les voit”, se remémore-t-il.

Il poursuit: “Je lui en ai beaucoup parlé à mon retour. Ça m’a fait du bien du lui raconter tout ça”. Au point de lui faire regretter de ne pas être venu? “Non”, répond l’artiste, “il était heureux que je sois seul”.

Le Toulousain, qui a “appris une vraie leçon de vie” au contact des Vezo, est d’ailleurs prêt à réitérer l’expérience. ”Ça m’a donné envie de m’organiser prochainement un petit voyage où je pars seul”. Son rêve? Aller en Amérique du Sud, continent qui a vu naître une partie de sa famille dont son père argentin.

À voir également sur Le HuffPost: “Salam” le docu sur Diam’s dévoile ses premières images

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles