"Rendez-vous médicaux manqués" : bientôt une sanction financière pour les patients ?

WavebreakMediaMicro/Adobe Stock

C'est une tendance qui se confirme de mois en mois, d'année en année même. Les médecins font de plus en plus face à des rendez-vous réservés et non honorés par les patients, rapporte Le Parisien. D'ailleurs, une enquête de l'Union régionale des professionnels de santé d'Île-de-France montre qu'en moyenne par jour, deux rendez-vous sont oubliés par les patients (volontairement ou non). Cela équivaut, au total, à 28 millions de rendez-vous par an. Un constat que font de nombreux praticiens, comme l'explique l'un d'eux à nos confrères. Un patient pressé l'appelle un samedi matin, il prend rendez-vous pour 10h30, mais une demi-heure plus tard, il ne s'est toujours pas présenté.

En l'appelant, sa secrétaire apprend qu'il a préféré aller aux urgences sans prévenir. "Ce genre de situation, cela m'arrive deux à trois fois par jour", déplore le médecin. Si les professionnels du secteur sont en colère, c'est que le coût financier peut être important pour eux, avec une réduction du temps de travail journalier. Mais aussi pour les citoyens, à l'heure où le nombre de passages aux urgences bondit – il est estimé à 22 millions. "Faites le calcul, on pourrait prendre en charge des millions de malades qui s'y rendent, faute de trouver une place en ville", ajoute le médecin, aussi vice-président de l'UFML (Union française pour une médecine libre). Pour le secteur, la donne a commencé à changer après la pandémie de Covid-19. En effet, beaucoup de professionnels de santé devaient remplacer des trous (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Lyon : un million d'euros… pour (notamment) financer des urinoirs inclusifs
Sobriété énergétique : pourquoi il est inutile de télétravailler pour faire des économies
Le tour de passe-passe du gouvernement pour réduire le déficit de l'Assurance maladie
Pour être plus efficace, le nouveau chatbot de DeepMind va s'appuyer sur les réactions humaines
Si vous commandez des livres sur Internet, vous n'échapperez bientôt plus aux frais de livraison