Le déjeuner entre un conseiller d'Emmanuel Macron et Marion Maréchal-Le Pen reste en travers de la gorge d'élus d'opposition et de la majorité

franceinfo
·1 min de lecture

Après le déjeuner entre un conseiller d'Emmanuel Macron et Marion Maréchal-Le Pen, l'addition ne passe pas auprès de l'opposition. C'est le quotidien Le Monde qui révèle ce rendez-vous survenu le 14 octobre dernier entre Bruno Roger-Petit, conseiller mémoire du président de la République, et la nièce de Marine Le Pen dans un article paru dimanche 27 décembre. Ni la durée ni le contenu de l'entrevue n'ont filtré, mais la polémique enfle malgré tout.

Cité par Le Monde, Bruno Roger-Petit, ancien journaliste, dit avoir demandé à rencontrer l'ancienne figure du Front national "à titre personnel", car il "voulait savoir ce qu'elle avait à dire et si elle était en résonance avec l'état de l'opinion". Il affirme que les deux étaient en "désaccord". De son côté, Marion Maréchal Le Pen, explique avoir accepté par curiosité. "Bruno Roger-Petit est passé par un ami pour me proposer de me rencontrer, avance-t-elle. J'ai accepté : je ne refuse jamais de discuter par principe."

J'étais assez curieuse de connaître celui qui s'amusait à me traiter de nazie toutes les deux semaines quand j'étais députée.

Marion Maréchal-Le Pen

dans "Le Monde"

La France insoumise ironise

Plusieurs personnalités de La France insoumise ont notamment critiqué cet entretien dans une brasserie parisienne, à l'abri des regards indiscrets. Parmi elles, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi