Rencontre à la frontière entre les chefs de la diplomatie du Rwanda et du Burundi

·1 min de lecture

Les ministres des Affaires étrangères rwandais et burundais se sont rencontrés à la frontière entre les deux pays mardi matin. Des discussions bilatérales destinées à normaliser les relations entre les deux voisins, à couteaux tirés depuis 2015. Le dialogue semble donc reprendre après des années d’accusations mutuelles.

Avec notre correspondante à Kigali, Laure Broulard

Pour Albert Shingiro, ministre des Affaires étrangères du Burundi, c’est « l’ouverture d’un nouveau chapitre ». « Nous sommes enclins à résoudre les conflits qui peuvent exister entre nous », a renchéri Vincent Biruta, son homologue rwandais.

Depuis des années, les deux pays s’accusent mutuellement de soutenir des groupes hostiles à leur gouvernement réciproques. Gitega demandait même à Kigali de lui livrer ceux qu’il accuse d’avoir participé de près ou de loin à la tentative de putsch manqué de 2015. Des militaires mais aussi des opposants politiques, des journalistes et des membres de la société civile…

En mai dernier, l’arrivée au pouvoir d’Evariste Ndayishimiye, réputé plus mesuré que son prédécesseur Pierre Nkurunziza, avait suscité des espoirs d’ouverture. Mais lorsque cet été Paul Kagame avait tendu la main à son voisin, il s’était vu opposer une fin de non-recevoir.

Reste que selon plusieurs sources, des contacts ont eu lieu au niveau des deux armées et des services de renseignement depuis l’élection du nouveau président burundais. Et s’il n’y a eu aucune annonce sur la résolution des questions de fond, les deux ministres ont convenu de se revoir prochainement, cette fois du côté burundais de la frontière.