…et Renault promet un changement de ligne sur la voiture électrique

Libération.fr

Pris la main dans le pot d’échappement par la répression des fraudes, comme son concurrent PSA, et menacé d’une amende de 3 5 milliards d’euros pour avoir «trompé les consommateurs» sur la réalité des émissions polluantes de ses moteurs diesel, Renault cherche à reverdir son image.

Et c’est bien sûr son tout-puissant patron, Carlos Ghosn, qui s’y colle en annonçant un ambitieux programme d’électrification de sa gamme dans le cadre d’un plan sur six ans baptisé «Drive the Future», présenté vendredi devant un parterre d’analystes et de journalistes à la Défense. Le même Ghosn, qui regardait de haut il y a dix ans le lancement de la Prius à moteur hybride par Toyota, celui qui a fait du gazole le moteur central de sa stratégie, et dont la responsabilité est pointée par les enquêteurs de la Direction de la répression des fraudes dans le «dieselgate» maison… effectue donc aujourd’hui un virage au frein à main : exit le diesel, cap sur les voitures électriques et à moteurs essence hybrides rechargeables, les voitures connectées et autonomes.

Renault prévoit de déployer huit véhicules 100 % électriques sur les 21 nouveaux modèles qui seront lancés par la marque d’ici 2022. Douze de ces modèles seront aussi disponibles à cette date en version hybride, roulant à l’essence et à l’électricité. Ce que proposent Toyota et d’autres constructeurs depuis des années. A lui seul, le géant japonais a déjà vendu plus de 10 millions de voitures hybrides dans le monde. Renault a, pour sa part, vendu 10 millions de Logan et autres voitures low-cost «dieselisées», c’était un choix. Le défi sera tout aussi considérable dans les voitures 100 % électriques face à l’américain Tesla, qui a pris une sérieuse longueur d’avance.

A lire en intégralité sur Libé.fr.



Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Une start-up annonce un avion de ligne hybride électrique en 2022…
GM&S Benjamin Griveaux cible «deux syndicalistes»
Raphaël Lefeuvre, riverain, enseignant «Nous sommes déterminés. L’usine va dé-ga-ger» L’usine de quartier alarme Montreuil et ses écoles Daniel Stanescu, responsable d’atelier à la Snem «Je ne veux pas travailler loin, j’habite ici aussi» Olivier*, ouvrier à la SNEM «Vous mettez une demi-journée à cicatriser» Fabienne Planès Cary, riveraine, employée d’ONG «Je sollicite Hulot parce que je suis désespérée»
La banque espagnole, CaixaBank, transfère son siège social hors de Catalogne
Etats-Unis: la réforme fiscale est «essentielle», selon Christine Lagarde

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages