Renault : une fidèle de Ghosn aurait reçu 500.000 euros à l'insu du conseil d'administration de Renault

latribune.fr
 

Une fidèle de Carlos Ghosn chez Renault s'est vu verser un salaire additionnel à six chiffres par la holding supervisant l'alliance avec Nissan, à l'insu du conseil d'administration du constructeur automobile français, selon des sources et des documents que Reuters a pu consulter.

Carlos Ghosn, toujours Pdg du groupe au losange, et l'administrateur de Nissan Greg Kelly, tous deux au coeur de l'enquête japonaise sur des malversations financières qui a ébranlé l'alliance Renault-Nissan, ont approuvé un versement pour un total de 500.000 euros à Mouna Sepehri, directrice déléguée à la présidence de Renault et en charge de la gouvernance en tant que secrétaire du conseil d'administration.

Problème de gouvernance et potentiels conflits d'intérêts

Rien ne permet de suggérer que ces paiements effectués par Renault-Nissan BV (RNBV) aient été illégaux ou qu'ils aient enfreint les règles de gouvernance de Renault-Nissan, mais ils mettent en lumière des problèmes de gouvernance et des conflits d'intérêt potentiels.

Renault a refusé de commenter directement la rémunération versée par RNBV à Mouna Sepehri en tant que membre du conseil d'administration de la holding néerlandaise, qui n'avait encore jamais été rendue publique. Mouna Sepehri n'a pas répondu aux demandes de commentaires de Reuters.

"Les rémunérations individuelles, bien que justifiées, ne font pas l'objet de publication, conformément au droit", a déclaré un porte-parole du constructeur automobile français dans une déclaration par courriel. "Renault s'indignerait que la rémunération d'un de ses cadres dirigeants fasse l'objet d'une publication nominative et rappelle qu'elle constitue une information à caractère personnel."

Mouna Sepehri, seule du conseil de RNVB à avoir touché un salaire direct

Avocate de formation, Mouna

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr


Ghosn encourt 15 ans de prison, déclare le parquet de Tokyo, après deux nouvelles inculpations
Ce jeudi soir, Renault réunit son conseil d'administration mais l'avenir de Ghosn ne sera pas tranché
Affaire Carlos Ghosn : le PDG de Renault ne paye plus d'impôts en France depuis 2012
La remise en liberté de Carlos Ghosn refusée par le tribunal de Tokyo
Au tribunal, Carlos Ghosn nie en bloc mais Nissan enfonce le clou
Ghosn oblige le tribunal à expliquer publiquement ses motifs mardi prochain
Renault-Nissan : la garde à vue de Carlos Ghosn à nouveau prolongée de dix jours