Renaud Muselier : "On ne s’amuse pas avec le calendrier électoral"

·2 min de lecture

Président de Régions de France qui vient de tenir son congrès, Renaud Muselier appelle à une accélération du plan de relance. L’élu LR demande au chef de l’Etat à ne pas se précipiter sur la question du report des élections départementales et régionales.

Paris Match. Comment qualifieriez-vous les relations entre l'Etat et les régions?
Renaud Muselier. Avec Jean Castex, la confiance est revenue. Nous partageons son envie son envie de travailler main dans la main. Elle doit maintenant se manifester par des faits et des résultats concrets. De notre côté, la main reste tendue, avec la volonté de faire mais aussi la crainte de blocages. Le gouvernement vient de prouver sa bonne volonté en nous accordant des moyens financiers avec la suppression de la Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE). Nous avons abouti à un gagnant-gagnant. Cela nous permettra d'augmenter de 40% nos investissements dans nos territoires et de diminuer les impôts de production de 7 milliards d’euros sur le territoire national.

Que demandez-vous?
Le gouvernement donne mandat aux préfets pour valider les dossiers en attente sur les projets de transports, d'universités, d'aménagement du territoire. Nos régions souffrent avec les crises sanitaires et économiques. Nos demandes sont urgentes! Tous les mois perdus sont des emplois perdus. Certains ministères bloquent aujourd’hui l’engagement des fonds. Il ne peut pas y avoir des Etats dans l’Etat, c’est un danger pour le plan de relance. Je compte sur le Premier ministre pour accélérer ces arbitrages.

Emmanuel Macron a mis la question du report des élections départementales et régionales sur la table. Quelle est votre position?
Personnellement, je n'ai jamais été favorable aux modifications de scrutin, ni aux changements de calendrier. Je ne participerai pas à la commission des sages car je n’en suis pas un! Maintenant, la réflexion doit être rapide car nous avons peu de temps. Je constate que la Covid n'empêche pas les Américains de voter(...)


Lire la suite sur Paris Match