Renaud Muselier : « Le ministère de la Santé est un État dans l'État »

Par Audrey Emery
·1 min de lecture
Pour Renaud Muselier, le gouvernement doit davantage s'appuyer sur les régions pour mener à bien la vaccination
Pour Renaud Muselier, le gouvernement doit davantage s'appuyer sur les régions pour mener à bien la vaccination

Depuis une semaine, il mène la fronde des élus régionaux contre la lenteur de la politique vaccinale. Rien ne va plus entre le patron des Régions de France et le ministre de la Santé Olivier Véran, dont les relations se sont dégradées depuis la fermeture fin septembre des bars et des restaurants dans la métropole Aix-Marseille-Provence. À l'inverse, Renaud Muselier a exprimé le 5 janvier sa « confiance totale » envers son ami Jean Castex, lors de sa visite à Toulon pour la signature d'un contrat État-région de 5,10 milliards d'euros. Le président de la région Sud en a profité pour lui remettre neuf propositions visant à « basculer clairement d'une gestion centralisée de la crise et de la campagne de vaccination à une gestion décentralisée ». Au programme : territorialiser la stratégie, prioriser les départements où le taux d'incidence est supérieur à 250 et autoriser les régions à acheter elles-mêmes leurs doses de vaccins.

Le Point : La confirmation par Jean Castex d'une accélération de la vaccination vous a-t-elle rassurée ?

Renaud Muselier : Ce qui me rassure, c'est qu'il y a eu une prise de conscience de la nécessaire accélération de la vaccination et que le Premier ministre a lui-même fixé des objectifs : un million de vaccinés d'ici la fin du mois me paraît être un vrai progrès par rapport aux 45 000 du début de semaine. Mais on a toujours un énorme retard par rapport à l'Angleterre qui va réaliser, dans le cadre de la décision prise par Boris Johnson [...] Lire la suite