Publicité

Renaud, "un milliardaire rouge" : culpabilité et critiques, son rapport à l’argent longtemps tabou

Ce sont des hommes de cœur, des hommes de voix, et des hommes de justesse. A travers leurs textes, beaucoup de gens se reconnaissent, ou s’évadent, apprennent à apprécier les mots et leur sens, puis le sens de la vie, aussi. L’un fait ça depuis près de 50 ans, l’autre, 10. Mais une même sincérité les rapproche, les font presque devenir frères, plutôt que père et fils.

Ils se connaissent depuis six ans, et ont pourtant attendu tant de temps avant d’unir leur voix, au service d’un titre déjà culte et porteur : Maintenant. Celui-ci fait parti du dernier album de Vianney, A 2 à 3, composé uniquement de duos ou de trios. Le Parisien a ainsi décidé de rencontrer les deux hommes, autour d’un café, pour un instant confessions particulier. Chacun leur tour, ou ensemble, les deux artistes se sont livrés, flattés et dévoilés. Au travers de discours toujours parfaitement tenus, plus sincères que structurés, mais qui sonnent vrai.

Renaud "J’ai longtemps culpabilisé de gagner de l’argent"

Au cours de l’interview, nos confrères du Parisien sont revenus sur une phrase de Maintenant, la chanson des deux artistes : "Il y a beaucoup de phrases que vous auriez pu écrire, Renaud, comme ‘On veut marquer l’histoire, manger le monde, hanter les mémoires/L’ego s’égare alors on tombe à travers le miroir…’". Ce à quoi Vianney a notamment répondu : "La notoriété et l’argent sont les deux poisons potentiels de nos vies d’humains, il ne (...)

Lire la suite sur Closer

Affaire Cauet : “fort doute”, “somme d’argent très importante”... les avocats de l’animateur ripostent
Ayem Nour accusée du “kidnapping” de son fils : la riposte carabinée de son ex-compagnon
Renaud : "J’ai goûté au malheur…", son terrible constat sur ses années d’alcoolisme
Mathieu Kassovitz : “J’ai tapé dans…”, son grave accident de moto aurait-il pu être évité ?
Michel Fourniret et Monique Olivier : ces trouvailles glaçantes des enquêteurs lors de leur toute première perquisition