Renationalisation d'EDF : l'État va lancer une OPA et débourser 9,7 milliards d'euros

© DENIS CHARLET / AFP

Ce fut l’une des grandes annonces d’Élisabeth Borne lors de son discours de politique générale devant l’Assemblée nationale. Le 6 juillet dernier, la Première ministre a annoncé la renationalisation de l’entreprise EDF , alors que l’État détient actuellement 84% de l’entreprise. Ce mardi 19 juillet, le gouvernement a indiqué sa volonté de lancer une offre publique d’achat (OPA) afin de récupérer les 16 % restants. Cette opération, qui a pour but premier de résoudre les problèmes financiers d’EDF, devrait coûter près de 9,7 milliards d’euros à l’État français.

L’entreprise est plombée par une dette qui pourrait atteindre plus de 60 milliards d'euros fin 2022. Il faut dire que la décision de gouvernement de lui faire vendre davantage d'électricité bon marché à ses concurrents n’a clairement pas facilité sa recherche d’équilibre financier. En lancer cette OPA, l’État a décidé de ne pas passer par une loi de nationalisation.

Lire aussi - Qu’est-ce qu’une nationalisation ?

Le ministère de l'Économie a annoncé que l’offre devrait être déposée d’ici la rentrée prochaine et durera jusqu’à fin octobre. Le prix de l’action sera fixé à 12 euros, ce qui équivaut à hausse de 53 % par rapport à la valeur de l’action à la veille du discours d’Élisabeth Borne. Suspendue depuis le 13 juillet dernier, la cotation d’EDF a rapidement grimpé depuis l’annonce de renationalisation et se situe actuellement aux alentours des 12 euros. Si cette renationalisation venait à être validée et confirmée, le...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles