Les renaissances de Gucci

Par Edson Pannier
·1 min de lecture
GUCCI ARIA : 26 mars 2021à Roma Cinecitta
GUCCI ARIA : 26 mars 2021à Roma Cinecitta

C'est un glitch dans la matrice mode, un bug aux plus hauts sommets. En franchissant le seuil du Savoy Club dans la vidéo de son défilé digital ? un clin d'?il au Savoy de Londres où Guccio Gucci était maître d'hôtel ? Alessandro Michele décide, dans un éclair de génie, de passer à la lessiveuse 100 ans d'histoire. Ce « sabotage » assumé et volontaire a eu cours à l'occasion de la présentation de la nouvelle collection Gucci intitulée « Aria », célébrant de façon inédite le centenaire de la maison florentine ? qui, en parallèle, dévoile sa haute joaillerie. Plutôt que de se livrer à une interprétation monocorde et attendue des archives, le créateur « trahit » ? on le cite ? l'héritage qui lui a été transmis, dans la perspective d'une renaissance perpétuelle.

La citation Balenciaga par Gucci pour l'hiver 2021 © Gregoire AvenelUn attelage éruptif

Pas de congratulations passéistes, mais bien un « et si ? » salutaire. Et si Tom Ford, qui l'a précédé au poste, était resté aux commandes ? Et si Demna Gvasalia, qui bouscule la fashion sphère à la tête de Balenciaga, reprenait les rênes ? Le gang Gucci, qui se presse sur des beats égotiques devant les projecteurs, conjugue la « tension sexuelle » propre au créateur américain et la « rigueur anticonformiste » du designer géorgien. Exemple, d'un côté, avec ces hommes harnachés, le buste saillant, ces cavalières sexy coiffées de bombes à crête et armées de cravache, ou la mythologie équestre transformée en fétichisme [...] Lire la suite