Renaissance sera lancé lors d’un congrès de LREM au Louvre le 17 septembre

(1rst row from L to R) France’s Junior Minister for the Relations with the Parliament Franck Riester, France’s Labour Minister Olivier Dussopt, France’s Minister for Transformation and Public Services Stanislas Guerini, France’s Prime Minister Elisabeth Borne, French Member of parliament and President of the parliamentary group of the Renaissance ruling party (formerly LREM) Aurore Berge, President of the French National Assembly Yael Braun-Pivet and Member of the European Parliament, and leader of the political group of the European Parliament 'Renew Europe', Stephane Sejourne are pictured at the end of the closing speech of the seminar of the political executives of the future presidential party at the Robert Schuman congress centre in Metz, eastern France, on August 27, 2022. - Members of the government, MPs and party executives gather at a seminar for the creation of the Renaissance Party, resulting from the merger of LREM, Agir and Territoires de Progres. (Photo by Jean-Christophe Verhaegen / AFP)
JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP (1rst row from L to R) France’s Junior Minister for the Relations with the Parliament Franck Riester, France’s Labour Minister Olivier Dussopt, France’s Minister for Transformation and Public Services Stanislas Guerini, France’s Prime Minister Elisabeth Borne, French Member of parliament and President of the parliamentary group of the Renaissance ruling party (formerly LREM) Aurore Berge, President of the French National Assembly Yael Braun-Pivet and Member of the European Parliament, and leader of the political group of the European Parliament 'Renew Europe', Stephane Sejourne are pictured at the end of the closing speech of the seminar of the political executives of the future presidential party at the Robert Schuman congress centre in Metz, eastern France, on August 27, 2022. - Members of the government, MPs and party executives gather at a seminar for the creation of the Renaissance Party, resulting from the merger of LREM, Agir and Territoires de Progres. (Photo by Jean-Christophe Verhaegen / AFP)

JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Des élus LREM, ici à l’issue du discours de clôture du séminaire des cadres politiques du futur parti présidentiel au centre des congrès Robert Schuman de Metz, le 27 août 2022.

POLITIQUE - La République en marche se prononcera le 17 septembre, lors d’un congrès au carrousel du Louvre à Paris, sur sa mue annoncée en un nouveau parti, Renaissance, dont la direction fera la part belle au gouvernement et Emmanuel Macron sera le président d’honneur.

« Les 16 et 17 septembre, nos militants vont être appelés à voter sur nos nouveaux statuts, la nouvelle direction et la charte des valeurs. Les résultats seront annoncés le 17 septembre lors d’un congrès au carrousel du Louvre », annonce ce jeudi 1er septembre dans un entretien au Parisien le président du groupe Renaissance au Parlement européen, Stéphane Séjourné.

« Le président de la République sera le président d’honneur et je proposerai aux militants d’élire une direction dont je serai le secrétaire général », précise Stéphane Séjourné au quotidien.

Sans concurrence, cet ancien collaborateur du chef de l’État (37 ans), député européen depuis 2019, sera « entouré de secrétaires généraux délégués avec des personnalités fortes et qui incarnent des sensibilités différentes. »

« Bruno Le Maire sera en charge des idées. Amélie de Montchalin s’occupera des relations extérieures, Gérald Darmanin aura la formation, Bérangère Couillard les relations avec les adhérents, Olivier Dussopt la structuration départementale du parti, Aurore Bergé la riposte, Franck Riester sur les élections, Fabienne Keller la mobilisation, Clément Beaune l’international et l’Europe ou encore Brigitte Bourguignon la coordination des grandes causes », et Pascal Canfin sera « en charge des relations avec le gouvernement », a-t-il énuméré.

Le MoDem et Horizons restent des alliés indépendants

Le parti d’Emmanuel Macron poursuit sa trajectoire inédite. Créé un an seulement avant son accession à l’Élysée en 2017, instrument de sa réélection en 2022, il se réinvente alors que son fondateur ne pourra pas solliciter un troisième mandat présidentiel en 2027.

Renaissance, nom déjà adopté à l’Assemblée, a en outre perdu en juin la majorité absolue.

Côté partis, le MoDem de François Bayrou et Horizons d’Édouard Philippe restent des alliés indépendants. Doivent en revanche se regrouper sous Renaissance La République en marche, Agir, parti de centre-droit présidé par le ministre (ex-LR) Franck Riester, et Territoires de Progrès, parti de centre-gauche dirigé par son collègue (ex-PS) Olivier Dussopt.

« Les militants de Territoire de progrès et d’Agir peuvent me faire confiance : je serai le garant de l’expression des sensibilités », a par ailleurs déclaré Stéphane Séjourné, alors que la question d’une fusion ou d’une structure confédérative a été abordée lors d’un séminaire samedi à Metz.

Renaissance « aura vocation à présenter un candidat à l’élection présidentielle. Ce moment viendra après les européennes », a dit Stéphane Séjourné.

À voir également sur Le HuffPost : « Pas de compromis avec vous » : Les propos de cette députée LREM ulcèrent l’opposition

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi