Vers une renaissance du radiotélescope d'Arecibo ?

Nathalie Mayer, Journaliste
·2 min de lecture

Deux câbles rompus. Et finalement, le 1er décembre 2020, la communauté des chercheurs — et avec elle, tous les passionnés d’astronomie — assistait, impuissante et émue, à l’effondrement de la plateforme de 900 tonnes qui surplombait l’antenne de 305 mètres de diamètre du mythique radiotélescope d’Arecibo (Porto Rico). La disparition d’un instrument unique, capable de débusquer des exoplanètes et de traquer les astéroïdes géocroiseurs. Mais aussi la fin d’un lieu de culture scientifique qui faisait jusqu’alors la fierté de la population locale. Et qui avait inspiré bien des carrières.

Rapidement, des voix se sont fait entendre pour réclamer la reconstruction du radiotélescope d’Arecibo. Plusieurs pétitions ont été lancées en ligne pour demander à ce que des fonds soient alloués à un projet de nouveau radiotélescope, plus performant encore. Quelques astronomes, parmi lesquels Ray Lugo, le directeur du Florida Space Institute (États-Unis), ont même lancé des études pour un « modèle Arecibo 2 qui surpasse toutes les installations existantes ». Mais il en coûterait quelque 400 millions de dollars.

Alors, l’annonce du gouverneur de Porto Rico, Wanda Vasquez Garced, ce 28 décembre 2020, de débloquer une enveloppe de… huit millions de dollars semble loin du compte. Même si elle affirme que cet effort sera appuyé par d’autres en provenance des États-Unis — une pétition comptant plus de 100.000 signatures devrait prochainement être transmise à la...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura