Rembourser la nymphoplastie

«Mon sexe est anormal, il est moche avec ce truc qui pend, je voudrais ne plus y penser», explique une jeune femme qui vient voir un chirurgien pour une nymphoplastie, qui consiste à raccourcir les petites lèvres.

Une opération sans danger médical particulier. Depuis quelques années, les demandes se multiplient, notamment en France : quelques centaines par an, en augmentation de 25% tous les ans. Sara Piazza, psychologue, a terminé une thèse sur ce sujet à l’université Paris-Diderot. Raisons invoquées : «L’esthétisme et la norme», précise-t-elle. «Ça pendouille, c’est inutile», disent-elles souvent. Et demandent à la médecine de les rectifier. «Souvent, les propos qu’elles tiennent sont d’avoir un sexe comme celui des autres. Elles veulent être dans la norme, mais y a-t-il une norme ? Une jeune femme nous disait : "Je voudrais que ce soit plus net, plus propre, carré."» Sara Piazza ajoute : «L’une m’a dit après l’intervention : "Maintenant, je n’y pense plus."» C’est souvent le cas. Dans neuf demandes sur dix, selon la chercheuse, les jeunes femmes sont très satisfaites de l’intervention.

Mais qu’en pense-t-on ici ? Sara Piazza constate que très peu de chirurgiens refusent d’opérer, «sauf pour des cas où la patiente semble mentalement malade, ou si elle a de lourds antécédents psychiatriques». Puis ajoute : «Souvent, lors de la consultation, les chirurgiens disent à leurs patientes : "Votre sexe est tout à fait normal." Mais ils vont l’opérer quand même, estimant que de toute façon, l’intervention n’est pas à risque.»

Dernier point soulevé : pour des raisons de codage administratif où se mélangent les actes de chirurgie esthétique et ceux de chirurgie réparatrice, l’intervention est remboursée à 100%. «Est-ce normal ? interroge la psychologue. Ce que j’entends souvent, ce sont des femmes disant : puisque c’est remboursé, c’est que je suis malade, et donc j’ai raison de me faire opérer.»

Dessin Pierre Mornet



Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Enregistrer le contenu des consultations
Laisser un dément s’envoyer en l’air
Prélever le sperme d’un mort
Cas de conscience, retours d’expérience
Le gouvernement tente de faire lever le préavis de grève des pilotes de ligne

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles