Remaniement : le mystère de la «short list» des ministres potentiels

Nathalie Schuck
Personne, à part Emmanuel Macron et Édouard Philippe, ne sait si cette liste est véridique

Dans les coulisses du pouvoir, une liste de ministres potentiels circule de main en main. Manip ou info ?


C’est la « short list » qui agite le microcosme. Depuis quelques heures, dans les coulisses du pouvoir, on se passe sous le manteau une petite liste de sept noms qui, dit-on, auraient été transmis à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique en vue du remaniement (HATVP). « Ce n’est pas moi qui vous l’ai donnée… » murmurent les conjurés, qui assurent la détenir de source autorisée.

Inscrits sur ce bout de papier, les noms des anciens socialistes Juliette Méadel et Didier Guillaume, proches de Manuel Valls, injoignables jeudi, aux abonnés absents. Ceux de Franck Riester (Agir), proche d’Édouard Philippe, du porte-parole de LREM Gabriel Attal, et du patron des députés MoDem Marc Fesneau. Ainsi que ceux du patron de LREM Christophe Castaner et du sarkozyste Frédéric Péchenard.


LIRE AUSSI > Emmanuel Macron assume de prendre son temps

Info ou intox ? « C’est béton ! » assurent les uns. « Fake news ! » hurlent les autres. Mais personne, à part Emmanuel Macron et Édouard Philippe, n’en sait strictement rien. Un macroniste du premier cercle met tout le monde d’accord : ces noms auraient effectivement été transmis à la HATVP pour vérifications. « Ce sont les noms qui avaient été sélectionnés si le remaniement avait été fait en début de semaine. Mais tant que le président est en Arménie, on ne sait pas. Tout peut bouger… » glisse le même.

Prudence, donc. « Quand on fait un remaniement, on teste vingt personnes pour n’en garder que dix », décrypte un ancien ministre qui a connu plusieurs valses gouvernementales. De fait, les noms de plusieurs élus auraient été testés auprès de la HATVP depuis plusieurs semaines, notamment à l’occasion du remaniement qui a suivi la démission de Nicolas Hulot.

Pourquoi, alors, ces sept noms sortent-ils maintenant ? Hasard ou manipulation ? « Ce n’est pas une short list, c’est une kill-list ! (NDLR : liste de cibles à abattre) (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Demande d’expertise psychiatrique publiée sur Twitter : enquête ouverte contre Marine Le Pen
Emmanuel Maurel quitte le PS
Vers un enterrement de première classe du Grand Paris?
A l’Assemblée nationale, un nouveau groupe prêt à naître
Maire de Nantes enfarinée, le suspect s’est rendu