Le remaniement se fait attendre, l’opposition dénonce une «paralysie» au sommet de l’Etat

A.R.
Pour Eric Ciotti, « il y a un problème de gouvernance, de pilotage »

Nombre d’élus de l’opposition s’interrogent ce mercredi sur les raisons d’une telle attente alors que le président et le Premier ministre auraient du mal à s’entendre.


Pourquoi tant de temps pour remplacer Gérard Collomb à Beauvau. « Sans doute parce qu'il est irremplaçable ! » blague ce mercredi Richard Ferrand, interrogé sur le nouveau report du remaniement, sept jours après le départ à Lyon du ministre démissionnaire. Pour l’opposition, cette situation d’attente s’apparente plutôt à une « mascarade », signe aussi que le président et le Premier ministre ont bien du mal à séduire des candidats, et peut-être même du mal à s’entendre entre eux.

« Il ne faut pas chercher de la bidouille », assure encore sur France Inter le président de l’Assemblée, proche du chef de l’Etat. Mais même lui, « marcheur de la première heure » comme son « irremplaçable » Collomb, a bien du mal à défendre les errances d’Emmanuel Macron. En effet, alors que ce dernier attendait des observateurs qu’ils analysent ce remaniement comme un « second souffle », le scénario initial semble avoir pris du plomb dans l’aile. Et le renouvellement d’ampleur annoncé est désormais incertain, même si l’Elysée explique qu’« il y aura des entrants, des sortants » et des « redécoupages de portefeuilles ». L’opposition, elle, ne perd pas l’occasion de souligner ces changements de braquets.

Une «immense fébrilité au sommet de l'État»

« Vos ministres, au lieu d’être au travail, passent leur temps à surveiller la sonnerie de leurs téléphones et à regarder les chaînes d’info ! » craint notamment le député LR Jean-Pierre Vigier, qui dénonce une « invraisemblable cacophonie » autour du remaniement.


Côté Les (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Après son tweet antisémite, Gérard Filoche plaide l’erreur au tribunal
Remaniement : Emmanuel Macron assume de prendre son temps
Beauvau, l’intérim qui s’éternise pour Edouard Philippe
Les Républicains : et revoilà Viktor Orban !
Affaire Benalla : les interrogations qui demeurent après la fin des auditions au Sénat