Remaniement : Blanquer, Pénicaud, Borloo... pour Matignon, l’heure est aux spéculations

Ava Djamshidi (@AvaDjamshidi) et Nathalie Schuck (@NathalieSchuck)

En cas de défaite dimanche lors des élections européennes, Emmanuel Macron devrait procéder à un large remaniement. S’il n’entend pas se séparer d’Edouard Philippe, certains sont en campagne.


Si Emmanuel Macron n’entend se séparer d’Édouard Philippe que contraint et forcé, les spéculations abondent sur la personnalité qui pourrait lui succéder en cas de grand remaniement.

La carte gauche


-

Jean-Yves Le Drian. LP/Olivier Corsan

« Jean-Yves Le Drian est l’homme de la situation », plaide un macroniste. « Ce serait un bon animateur gouvernemental. Il est adoré », loue un ministre. Le chef de la diplomatie, proche du président, a fortement plaidé pour un virage social. Chez les députés LREM, le président de l’Assemblée Richard Ferrand, issu du PS, a également la cote. « Mais l’affaire des Mutuelles de Bretagne n’est pas purgée », constate un Marcheur, qui écarte aussi l’option François Bayrou en raison de l’affaire des assistants parlementaires du MoDem.

La carte femme


-

Muriel Pénicaud. LP/Frédéric Dugit

« Muriel Pénicaud est en campagne ! Son cabinet passe de gentils messages, elle essaie de devenir plus généraliste », sourit un ministre. Récemment, lors d’un meeting, la ministre du Travail a bondi en entendant Édouard Philippe vanter l’action de Nathalie Loiseau, du temps où elle était au gouvernement, sur le dossier des travailleurs détachés. « C’est moi qui ai tout fait ! », s’est-elle enflammée, suffisamment fort que le Premier ministre interrompe son discours… « Matignon ? Elle ne l’envisage absolument pas, se concentre sur la bataille des européennes et ses réformes », dément avec force son entourage. Le nom d’Agnès Buzyn est parfois évoqué. La ministre de la Santé avait été un temps pressentie pour mener la liste Renaissance.

L’atout Jean-Michel Blanquer


-