Non, ce remède à base de plantes n’est pas un remède contre les hépatites

Un remède à base de racine de papayer, de fleur de bananier et de feuilles d'arbuste constituerait un "traitement des hépatites hyper rapide". C'est du moins ce que prétend une publication partagée près de 1.500 fois sur Facebook, qui n’a pourtant aucun fondement scientifique. Selon des spécialistes contactés par l'AFP, ce remède n'a aucun effet pour soigner les hépatites.

Sur Facebook, la page Santé spirituelle & physique partage une recette présentée comme un "traitement des hépatites hyper rapide" dont voici les ingrédients : "les racines du papayer mâle, 3 fruits bananes [bourgeon mâle du bananier, c'est-à-dire la fleur] et une bonne quantité de feuilles et racines de cette plante sur l’image".

Une recherche par image inversée nous permet retrouver la plante sur la photo : il s’agit du Séné (Senna Alexandrina), un arbuste ayant notamment des propriétés laxatives, selon certaines études (1, 2). Le Senna Alexandrina, dont la durée de vie est comprise entre 2 et 3 ans, possède une fleur jaune et se distingue facilement grâce à ses petites feuilles semblable à celle des lentilles et ses gousses effilées semblables aux haricots verts.

Pour obtenir le supposé remède contre l’hépatite, il est conseillé de porter ces ingrédients à "ébullition pendant 45 mn à 1 heure". La posologie consiste à "boire deux gros verres de cette potion matin et soir". "Pour que ce traitement soit très efficace et très rapide éviter la consommation de toutes chaires blanches, des glaçons y compris les boissons alcoolisées", préconise en outre l’auteur de la recette.

Capture d'écran Facebook réalisée le 09/01/2023

Capture d'écran Google (Senna Alexandrina) réalisée le 09/01/2023

L'hépatite est une inflammation du foie qui peut causer d'importants problèmes de santé et être mortelle. Il existe cinq souches principales du virus de l'hépatite, appelées types A, B, C, D et E. "Les hépatites B et C peuvent prendre des formes chroniques. L'hépatite D également, mais cette forme n'apparaît qu'en même temps qu'une infection par l'hépatite B. Ces virus ne sont pas apparentés. Ils ont en commun le fait de pouvoir provoquer une inflammation du foie", nous explique Bettina Maeschli, Directrice de l’Association Hépatite Suisse.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), "1 100 000 décès sont causés chaque année par l’hépatite B et C, 9 400 000 personnes sont sous traitement contre une infection chronique par le virus de l’hépatite C et 10 % des cas d’infection chronique par le virus de l’hépatite B sont diagnostiqués et 22 % d’entre eux sont traités".

Afin de savoir si la recette partagée sur Facebook repose sur un quelconque fondement scientifique, l’AFP a contacté des spécialistes. Rappelant "qu’il existe plusieurs types d’hépatite", le Dr Charles Koffi, médecin généraliste au CHU d’Angré à Abidjan, se montre très septique. "Le traitement médical autorisé et homologué est différent pour chacun des types de la maladie" explique-t-il. "L’auteur de la recette partagée sur Facebook ne dit pas quel type d’hépatite est soigné par son remède. Cependant, cette potion n’a pas de fondement scientifique à ma connaissance", souligne le médecin contacté le 8 janvier 2023.

En ce qui concerne les plantes citées comme ingrédients dans la composition de cette recette, le Dr Aboubacar Razak, médecin généraliste à l’Hôpital Régional de Maroua (nord-Cameroun) indique qu’elles peuvent avoir des vertus thérapeutiques. "Le papayer au niveau de ses racines ou de ses fruits est connu pour être un anti-oxydant. Le bananier (fleurs et fruits) est riche en potassium et des études ont montré qu’il est efficace contre les constipations" indique Dr Aboubacar Razak. "Ces vertus thérapeutiques ne s’appliquent pas aux hépatites et donc je peux vous dire qu’elles ne guérissent pas les hépatites", précise toutefois le médecin.

Capture d'écran d'une affiche de sensibilisation contre les hépatites réalisée le 9 janvier 2023 ( OMS)

Capture d'écran d'une affiche de sensibilisation contre les hépatites réalisée le 9 janvier 2023 ( OMS)

 

 

Parmi les moyens de prévention contre les hépatites figure certes des mesures d’hygiène mais l’un des plus efficace reste la vaccination, selon l’OMS. En ce qui concerne les traitements existants, le Dr Camille Anoma, spécialiste des maladies virales et directeur exécutif de l’ONG ivoirienne Espace Confiance, indique que "les hépatites peuvent être contrôlées par différents médicaments comme les antiviraux. Cependant, le traitement est fonction du type d’hépatite et les recommandations des pays guident l’attitude à avoir" pour le personnel médical.

Toujours sur le traitement des hépatites, le Dr Aboubacar Razak, de l’Hôpital de Maroua, au Cameroun, donne quelques précisions en fonction du type d'hépatite: "les hépatites A et E se transmettent par ingestion d'eau ou d'aliments contaminés ou par contact direct avec une personne infectée. Il existe un vaccin pour ces deux types et le traitement de la maladie repose sur des antirétroviraux".

"Les hépatites B et C se transmettent par le sang. L’hépatite B est également sexuellement transmissible. Il existe un vaccin en trois doses pour une protection à vie contre l’hépatite B mais aucun vaccin contre l’hépatite C. Cependant, les antirétroviraux garantissent des taux de guérison à 95% pour l’hépatite C", explique le médecin.

Les experts interrogés par l’AFP alertent sur les risques de suivre les recettes qui circulent sur les réseaux sociaux. Ces pseudo-traitements miracles ou recettes de grand-mères ne sont généralement pas des remèdes testés et approuvés, et peuvent conduire les malades à négliger, voire abandonner les prescriptions de leurs médecins traitants.

"Les hépatites sont potentiellement mortelles et les traitements prescrits par les spécialistes doivent être respectés. L’automédication peut avoir un impact sur la santé du malade car on ignore les principes actifs des remèdes proposés sur les réseaux sociaux. Il faut donc s’en tenir aux prescriptions du milieu hospitalier", préconise le Dr Charles Koffi, médecin généraliste à Abidjan.