Religion. Un saint patron des internautes ? Le Vatican “est sur le coup”

Los Angeles Times (Los Angeles)
1 / 2

Religion. Un saint patron des internautes ? Le Vatican “est sur le coup”

Carlo Acutis, un Italien mort à 15 ans en 2006, doit être béatifié en octobre. Selon le Los Angeles Times, le Vatican voit en lui un candidat sérieux “pour devenir le saint patron de l’internet”, mais c’est “le pape qui décide”.

Le Los Angeles Times a un message pour tous ceux qui prient “pour des échanges en ligne avec moins de vitriol” ou “pour une connexion Internet plus rapide” : “Le Vatican est sur le coup.”

Selon le quotidien californien, l’Église catholique soutient en effet la candidature d’un jeune informaticien pour “devenir le premier saint patron de l’internet”. Il s’agit de Carlo Acutis, un écolier italien qui a “contribué à diffuser l’enseignement catholique en ligne” avant de mourir d’une leucémie à 15 ans en 2006.

Issu d’une famille de la classe moyenne milanaise, Carlo est devenu “profondément religieux pendant son enfance”, explique le Los Angeles Times. Il a utilisé ses “prodigieux talents informatiques” pour créer des sites web pour les prêtres et, à l’âge de 10 ans, a commencé à créer un site “sur les miracles religieux, qui a rencontré une énorme popularité depuis sa mort”.

“Valeurs et beauté” sur Internet

Selon le quotidien américain, le pape François a rendu hommage à l’adolescent en 2019, déclarant que son utilisation d’Internet pour “communiquer des valeurs et de la beauté” était le parfait antidote aux “dangers des réseaux sociaux”.

En février dernier, le pape a attribué un miracle à l’adolescent (la guérison d’un garçon brésilien de 6 ans souffrant d’une grave déformation congénitale du pancréas), ce qui a déclenché sa béatification, premier pas vers la sainteté. La cérémonie de béatification aura lieu le 10 octobre dans la ville d’Assise, au centre de l’Italie.

Saint-Isidore, patron du web ?

“D’autres miracles attribués à Carlo Acutis seront étudiés par le Vatican”, ajoute

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :