Les «relecteurs sensibles» chassent les clichés dans les romans à paraître

© PEXELS/RODNAE PRODUCTIONS

De plus en plus de manuscrits de romans en France passent entre les mains de "sensitivity readers", des lecteurs "sensibles" qui chassent les stéréotypes racistes , homophobes ou sexistes des œuvres à paraître, à la demande de leurs auteurs. "C’est quelqu’un de concerné, faisant partie de la communauté en question, qui saura si les propos tenus sont choquants ou blessants", explique Elodie, qui pratique ce type de relecture occasionnellement, sur les sujets de l’homophobie et du racisme.

Albine, bibliothécaire originaire du Cameroun, exerce, elle aussi cette activité de temps à autres. En tant que personne racisée, elle apporte son regard extérieur sur la façon dont sont représentés les personnages noirs dans les romans qu’elle corrige. "Par exemple, dans la description des couleurs de peaux, les auteurs parlent parfois de peau couleur café, mais on va préférer le terme de peau noire ou peau brune, parce que ce sont les termes que les personnes racisées utilisent."

"On ne censure pas"

Par sa propre expérience d’autrice, Elodie a elle-même fait face à cette situation. "J'ai écrit une fois un livre avec un personnage indien et certaines choses étaient fausses", confie-t-elle. "C'est une lectrice, elle-même Indienne, qui me l'a fait remarquer. On ne peut pas écrire sur tout sans se renseigner."

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Tous les "lecteurs sensibles" le rappellent, il n’est pas question de censurer l’auteur. Il s’agit simplement de conseils et d...


Lire la suite sur Europe1