Relaxe d'Assa Traoré, poursuivie en diffamation après ses accusations sur la mort de son frère

·1 min de lecture

Assa Traoré a été relaxée jeudi des poursuites en diffamation intentées par des gendarmes qu'elle avait accusés d'avoir causé la mort la mort de son frère Adama en juillet 2016, après son interpellation à Beaumont-sur-Oise (Val d'Oise). "C'est une très belle victoire pour la famille Traoré et une belle avancée dans le combat pour la justice de mon frère", s'est réjouie Assa Traoré. "Je peux dire que les gendarmes sont responsables de la mort de mon petit frère", a-t-elle ajouté.

Une tribune intitulée "J'accuse"

Trois ans après le décès d'Adama Traoré, sa soeur Assa, devenue une figure de la lutte contre les violences policières, avait publié en juillet 2019 sur Facebook une tribune intitulée "J'accuse". Dans une référence à la formule d'Emile Zola, elle citait les noms de plusieurs gendarmes et les accusait dans une anaphore "d'avoir tué (son) frère Adama Traoré en l'écrasant avec le poids de leurs corps", "de ne pas (l')avoir secouru" et "d'avoir refusé de (le) démenotter en affirmant qu'il simulait".

"J'assume cette lettre. Si la justice française à laquelle j'étais censée faire confiance avait fait le travail nécessaire, peut-être qu'à ce moment-là, je n'aurais pas eu envie d'écrire cette lettre", s'était-elle défendue lors du procès début mai. Dans sa décision, le tribunal considère que les "propos présentent bien un caractère diffamatoire" mais que "les critères de la bonne foi dont se prévaut la prévenue sont réunis".

"Une totale incompréhension" pour les avocats des gen...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles