Relations Rwanda-France : ce que des Rwandais en disent

·1 min de lecture
Sur un vitrail du mémorial du génocide de Kigali, toute la tragédie rwandaise. 
Sur un vitrail du mémorial du génocide de Kigali, toute la tragédie rwandaise.

Beaucoup est attendu de la visite du président Emmanuel Macron au Rwanda. Que ce soit dans les bus, les restaurants, les rédactions, les familles, les administrations, les entreprises, etc., le sujet est central et chacun y va de son commentaire. Pour certains, c'est l'heure pour la France de s'excuser, pour d'autres, de faire de vive voix son mea culpa. Autant de points de vue avancés pour appréhender l'orbite future de la relation entre le Rwanda et la France, relation longtemps empoisonnée par le douloureux épisode du génocide de 1994. Après la publication des rapports français et rwandais, Duclert et Muse de leur nom, les esprits semblent se diriger vers un apaisement durable. Cette visite du président Macron est un moment de vérité, celui qui est perçu de part et d'autre comme ouvrant une nouvelle page entre les deux pays, entre les populations aussi. Les paroles qui seront prononcées au mémorial du génocide de Kigali, où reposent les restes de 250 000 victimes, n'en seront que plus fortes et signifiantes. À côté de la parole officielle, il y a celle des Rwandais. Certains d'entre eux, habillés de statuts divers, se sont confiés au Point Afrique.

À LIRE AUSSIEmmanuel Macron au Rwanda : les enjeux d'une visite historique

Kalisa Guy, 50 ans : « Ne pas réveiller les vieux démons »

« Je comparerais les relations franco-rwandaises à des fiancés qui se disputent mais qui ne parviennent pas à se séparer définitivement. Quand ils ne se chamaillent pas, on les vo [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles