Les relations Hommes et chiens il y a 7.000 ans

·1 min de lecture

Il était établi que les peuples de Sibérie, au cours des derniers millénaires, étaient demeurés génétiquement isolés. Des restes archéologiques tels que des billes de verre et des objets en métal suggéraient pourtant que des échanges culturels s'étaient produits il y a 2.000 ans avec des populations eurasiennes. Afin de comprendre quelle a été l'histoire de l'Homme dans cette région, des chercheurs ont analysé le génome de chiens qui ont été domestiqués dans ces populations au cours des millénaires (individus datant de 11.000 à 60 ans en arrière) et ont publié leurs résultats dans le journal PNAS.

Les Nénètses ont domestiqué le renne en Sibérie et ce notamment grâce à l'aide de leurs chiens. © evgenii, Adobe Stock
Les Nénètses ont domestiqué le renne en Sibérie et ce notamment grâce à l'aide de leurs chiens. © evgenii, Adobe Stock

Un large réseau de commerce

Les analyses ADN révèlent un génome homogène parmi les chiens de Sibérie entre il y a 9.500 et 7.000 ans mais que des mélanges avec des populations d'Eurasie ont ensuite eu lieu au cours du temps, notamment il y a 2.000 ans, au cours de l'âge du fer. Ces mélanges génétiques suggèrent que les communautés vivant au nord-ouest de la Sibérie étaient liées à un vaste réseau de commerce grâce auquel elles acquéraient notamment des chiens d'origines géographiques lointaines.

Les croisements entre les chiens sibériens et ceux déjà sélectionnés en Europe pour l'agriculture et le pastoralisme dans la steppe eurasienne ont pu engendrer des changements morphologiques chez les chiens de Sibérie, ce qui a facilité l'émergence du pastoralisme et plus précisément la domestication du renne il y a 800 ans en Sibérie arctique.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles