"La relation entre groupe sanguin et risque de contracter le coronavirus est aujourd’hui établie", estime l'immunologue Jacques Le Pendu

Pour l'immunologue :

Le groupe sanguin aurait-il une influence sur les chances de contracter le virus du Covid-19 ? C’est ce que laissent présager plusieurs publications scientifiques qui se sont penchées sur la relation entre les groupes sanguins A, B, AB et O et la contamination par le virus SARS-CoV-2. À l’origine de cette supposition, une étude chinoise publiée dès le 16 mars dans le journal de prépublication MedRxiv par des chercheurs des universités de Wuhan et de Shenzhen. Menée sur 2.176 patients atteints du Covid-19, l’étude relève que les sujets appartenant au groupe sanguin A avaient de plus grands risques de contracter le virus, quand ceux du groupe sanguin O présentaient un risque inférieur d’infection. Dans la foulée, d’autres publications, notamment européennes, abondent dans le sens des conclusions de l’étude chinoise. Pour Marianne, l’immunologue Jacques Le Pendu, directeur de recherche à l’INSERM revient sur ces études et nous livre son analyse. Dans un contexte où le Conseil Scientifique craint et anticipe une deuxième vague du virus en Europe, cette hypothèse pourrait, selon l’immunologue, être porteuse de bonnes nouvelles.

Marianne : Que pensez-vous de la fiabilité des publications concernant la relation entre le groupe sanguin et le risque de contracter le virus ?

Jacques Le Pendu : Il y a eu en tout huit prépublications sur ce sujet. À ma connaissance, six sont désormais publiées dans des grandes revues scientifiques. Par exemple, la première étude chinoise a été publiée dans le

Lire la suite