Une relation à distance entre l’Allemagne et l’Australie

Photo Trinity Kubassek / Pexels / CC

Sara et Björn se sont rencontrés en Australie, où ils travaillaient, et sont ensemble depuis trois ans et demi. Il y a un an, ils ont déménagé en Allemagne, car Björn y a obtenu un poste bien rémunéré comme assistant de recherche dans un institut de recherche public. Pendant ce temps, Sara a fini son doctorat en science vétérinaire sur les tortues marines. Son diplôme en poche, elle s’apprête à retourner en Australie. Le couple s’est confié au quotidien allemand Die Zeit.

La mère de Sara est espagnole et son père est allemand. Elle a toujours beaucoup voyagé, contrairement à Björn, qui vient d’une famille allemande plus modeste. Sara veut retourner en Australie avant tout pour son travail, mais aussi pour la vie sociale. “Nous allons nous manquer. Ça va être dur. Mais à long terme, c’est important que j’y aille. Je souhaite demander un visa en Australie afin de pouvoir postuler à des emplois là-bas à l’avenir. Vous ne pouvez pas demander le visa plus de six mois après l’obtention de votre doctorat, et vous devez être sur place. La décision de retourner en Australie n’a pas été facile. Mais si j’obtiens le visa, je peux candidater en Australie pendant quatre ans. Je me sens très liée à ce pays. Je ne veux pas passer le reste de ma vie avec l’impression d’avoir raté cette chance”, explique la jeune femme. Björn est compréhensif et affirme ne pas vouloir “vivre avec elle au détriment de son bien-être”.

La ville du nord de l’Allemagne où nous habitons est trop petite pour elle. Sara ne connaît personne ici, la plupart de ses amis sont en Australie. Elle s’y ennuierait pour toujours. L’Australie lui fera du bien. C’est pourquoi j’ai accepté le fait que nous allons d’abord avoir une relation à distance. C’est seulement pour un temps limité.”

Très organisés, Sara et Björn ont prévu de continuer à abonder à parts égales leur compte commun afin de pourvoir aux dépenses liées au chien qu’ils ont en commun. Pour l’un comme pour l’autre, l’argent n’est pas primordial. Ayant une vie assez frugale, ils placent au-dessus de tout leur épanouissement à la fois individuel, personnel et sentimental. Sara est consciente que “Björn préférerait rester en Europe”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :