Relance de l’économie : “entre l’UE et les Etats-Unis, il y a un gouffre béant !”

·1 min de lecture

Si on considère la question du soutien à l’économie durant la crise sanitaire à proprement parler, il faut s’extirper des lieux communs sur le quoi qu’il en coûte, phraséologie politicienne qui ne tient pas la route : là où en 2020 les Etats-Unis ont dépensé 10% de leur PIB (alors que les mesures sanitaires ont été beaucoup plus légères) largement en soutenant directement les ménages, la France a consacré 5% de son PIB seulement, et rien directement pour les ménages. Si cela peut paraître dispendieux du fait de la situation des finances publiques pré-crise (endettement déjà élevé, dépense publique non contrôlée), nous avons été en retard même sur les vertueux allemands.

En 2021, la situation face aux Allemands s’inverse car la crise sanitaire perdure, mais les Américains viennent d’annoncer un plan de 1.900 milliards de dollars : au total, d’ici la fin de l’année, l’effort durant la crise aura été de presque 20% du PIB. Si le soutien aux commerces fermés par décision des pouvoirs publics (une juste indemnité et non une aide) a été massif, les populations européennes n’ont pas reçu d’aides directes comme les ménages américains : ces derniers, sur fonds d’aides et de reprise économique, enregistrent un pic de leur pouvoir d’achat jamais atteint depuis 1999 : et avec l’épargne accumulée (excédent d’épargne très rare dans une culture américaine où chacun pense rapidement trouver un emploi) pendant la crise, ce pouvoir d’achat aura un fort soutien au cours des dix prochains mois.

>> (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Canal de Suez : après la Turquie, la Russie à la rescousse de l'Égypte
Versailles : près de 150 personnes contrôlées dans une rave-party illégale
Pourquoi les cartons des e-commerçants sont souvent surdimensionnés ?
Les vaccins Pfizer et Moderna bientôt autorisés dans les pharmacies ?
“L’explosion de la zone euro est de plus en plus probable, qui veut sa peau ?”