"Relâchement vestimentaire" : Éric Ciotti veut le retour de la cravate obligatoire à l'Assemblée nationale

Le député LR regrette l'absence du port systématique de la cravate dans l'hémicycle et veut rétablir son obligation pour les hommes. Marine Le Pen a de son côté demandé à ses élus de la porter tandis que Renaud Muselier considère la gauche comme "débraillée" au Palais-Bourbon.

Une demande qui pourrait faire tousser sur les bancs de l'Assemblée. Éric Ciotti appelle au retour du port de la cravate dans l'hémicycle, d'après des informations de Var Matin, confirmées par BFMTV.com.

Face au "relâchement vestimentaire" important depuis "le début de cette nouvelle législature, déjà présent sous la précédente", "mais grandement amplifié", le député LR demande le retour du port de la cravate dans le règlement de l'Assemblée nationale dans un courrier adressé à sa présidente, Yaël Braun-Pivet.

Un accessoire gage de respectabilité pour Le Pen

Depuis 2017, elle n'est plus obligatoire à l'Assemblée nationale. Avant, un huissier pouvait empêcher les députés d'accéder à la séance en l'absence du précieux accessoire.

Lors de la précédente mandature, les députés insoumis s'en étaient d'ailleurs passés pour la séance inaugurale. Face au tollé de certains députés de la majorité présidentielle et LR, Jean-Luc Mélenchon, alors chef du groupe LFI, avait rappelé que des "sans-culottes" avaient siégé à l'Assemblée nationale.

Preuve que le sujet reste sensible et que la cravate reste vue comme un signe extérieur de sérieux : Marine Le Pen a demandé à ses 88 députés de porter la cravate pour leur premier jour à l'Assemblée nationale fin juin.

"Une gauche débraillée" à l'Assemblée pour Muselier

Les députés LFI sont, eux, rares à la porter dans l'hémicycle, tout comme les écologistes et les communistes. Sur les bancs des Républicains, des socialistes et de la majorité présidentielle, elle est quasi-systématique.

De quoi faire réagir les opposants de la Nupes. La gauche est "sale" et "débraillée" a jugé de son coté Renaud Muselier, le président de la Région Sud-Provence-Alpes-Côte d'Azur sur BFMTV ce jeudi. La réponse de la France insoumise ne s'est pas fait attendre.

"Comme quoi on peut porter une cravate et tenir des propos indignes et irrespectueux. Nous avons été élus pour représenter le peuple et défendre ses intérêts. Pas pour se payer des costumes à 3000 euros", a réagi la députée LFI Alma Dufour sur son compte Twitter.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Jean-Michel Aphatie : "Sans une majorité franche à l’Assemblée nationale, Emmanuel Macron ne peut pas gouverner"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles