Rejet du vote par anticipation : "Les oppositions ne souhaitent pas porter des innovations démocratiques", juge Gabriel Attal

Jusqu’à quand le couvre-feu national à 18 heures sera-t-il maintenu ? "Le couvre-feu à 18 heures a permis de stabiliser la situation sanitaire et de contenir l’épidémie. […] La situation reste fragile et elle peut repartir à tout moment. Donc à ce stade il est important que le couvre-feu reste en place mais qu’il continue à être respecté par les Français", explique Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, et invité des "4 Vérités", vendredi 19 février, sur France 2. Combien de contrôles ont eu lieu ? "La semaine dernière il y a eu un peu plus de 420 000 contrôles sur les personnes, 10 000 sur des établissements et il y a eu autour de 50 000 verbalisations, c’est-à-dire une augmentation de 11 % par rapport à la semaine précédente", indique le porte-parole du gouvernement. Covid-19 : "La vaccination est un outil majeur pour la gestion de cette crise" Ce couvre-feu n’est donc pas sans fin ? "Il y aura une fin à cette épidémie. La vaccination est un outil majeur pour la gestion de cette crise", précise Gabriel Attal. L’enquête sur "l’islamo-gauchisme" à l’université est-elle abandonnée ou aura-t-elle bien lieu ? "Il s’agit d’une étude pour faire un bilan sur les recherches qui sont menées en France. […] Il peut y avoir des situations qui posent question dans les universités, à ce moment-là il faut évidemment y répondre. Mais la priorité c’est le soutien aux étudiants dans la crise et la gestion des universités", explique le porte-parole du gouvernement. L’amendement du gouvernement qui visait à introduire le vote par anticipation a été rejeté, jeudi 18 février, par le Sénat. Sera-t-il réintroduit dans un autre texte ? "L’objectif c’est de généraliser le vote électronique. […] Cela montre que les oppositions ne souhaitent pas porter des innovations démocratiques", conclut Gabriel Attal